En Guadeloupe, des meurtres, des coups de feu et des accidents mortels lors du carnaval

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

En Guadeloupe, des meurtres, des coups de feu et des accidents mortels lors du carnaval

Publié le 15/02/2018 à 18:49 - Mise à jour à 18:52
© MIGUEL MEDINA / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Pointe-à-Pitre

-A +A

La période du carnaval a été particulièrement meurtrière en Guadeloupe, où deux homicides sont à déplorer lors des Jours gras (les 11, 12 et 13 février, à la fin du carnaval), mais sans lien avec les festivités, a-t-on appris jeudi auprès des autorités.

L'ensemble des forces de police, gendarmerie et de sécurité s'accordent sur le caractère exceptionnel de cette période de Carnaval, plus violente qu'à l'accoutumée.

"Deux homicides sont à déplorer" mardi, l'un perpétré à Pointe-à-Pitre, l'autre à Gourbeyre (Basse-Terre), sans lien avec le carnaval a indiqué à l'AFP, le procureur adjoint de la République à Pointe-à-Pitre, Loïc Guérin.

A Pointe-à-Pitre, l'affaire serait liée à une guerre de gang. La victime âgée de 21 ans, était connue et recherchée par les services de police. Les coups de feu, tirés à proximité des carnavaliers, ont semé la panique. L'enquête a été confiée à la police judiciaire.

A Gourbeyre, où la section de recherche de gendarmerie est chargée de l'enquête, c'est un coup de couteau survenu lors d'une altercation, qui a causé la mort d'un individu d'une cinquantaine d'année. "Cet homicide n'a rien à voir avec le carnaval", assurent également les autorités.

S'ajoutent d'autres faits de violences. Dimanche, des coups de feu ont retenti à Pointe-à-Pitre: la victime est un homme, blessé aux jambes, attaqué pour sa chaîne en or.

Mercredi après-midi, de nouveaux coups de feux ont été tirés, toujours à Pointe-à-Pitre, blessant un jeune homme. Selon une source proche du dossier, il pourrait s'agir là aussi d'une affaire de bandes rivales.

Enfin, deux accidents, l'un impliquant deux automobiles, l'autre deux bateaux, ont coûté la vie à deux personnes.

Ces faits ont fait réagir jusqu'aux députés de la Guadeloupe, notamment Justine Bénin (app. Modem), qui dans un communiqué a exprimé sa "stupéfaction" et s'est interrogée sur l'origine des armes à feux présentes lors d'une "manifestation populaire".

La Guadeloupe fait partie des territoires d'Outre-mer les plus violents. En 2017, la délinquance a "globalement" régressé, mais le nombre d'homicides est resté très élevé (31 en 2017, contre 24 en 2016), a indiqué récemment le préfet.

Une étude de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), publiée début février, a révélé que le taux moyen d'homicides volontaires en Guadeloupe et à Saint-Martin s'établissait entre 2014 et 2016 à 8,2 pour 100.000 habitants. Il est de 4,5 à Paris, 3,8 en Corse et 2,9 dans les Bouches-du-Rhône.

Auteur(s): Par AFP - Pointe-à-Pitre


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Des danseuses lors du carnaval à Baie-Mahault en Guadeloupe en mars 2016

Newsletter


Fil d'actualités Actualités




Commentaires

-