En Russie la colère monte face à "l'éternelle pauvreté"

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

En Russie la colère monte face à "l'éternelle pauvreté"

Publié le 03/03/2019 à 09:53 - Mise à jour à 09:54
© Olga MALTSEVA / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par Marina KORENEVA avec Andrea PALASCIANO à Moscou - Saint-Pétersbourg (AFP)

-A +A

Midi à Saint-Pétersbourg: une chanteuse entonne des chants soviétiques et un couple danse devant une cinquantaine de retraités attablés. Le restaurant Dobrodomik offre le repas aux personnes âgées, particulièrement exposées aux difficultés sociales qui provoquent un mécontentement croissant en Russie.

Ces dernières semaines, les trottoirs de la deuxième ville de Russie sont gelés et jalonnés de tas de neige de plusieurs mètres, compliquant les déplacements. Pourtant, le restaurant affiche toujours complet.

"Les prix montent tous les jours. Donc ce café c'est une très, très bonne idée", résume Rimma Antsiferova, 72 ans.

Elle touche une retraite mensuelle de 10.000 roubles, soit 135 euros. Après les impôts locaux et les médicaments, il ne lui reste qu'une quarantaine d'euros pour vivre. "Récemment, les prix du transport ont augmenté", ajoute-t-elle.

Dobrodomik a été ouvert cet hiver dans le centre de Saint-Pétersbourg par la femme d'affaires Alexandra Syniak et son mari Evgueni Gerchevitch pour "remercier les personnes âgées". Le soir, il fonctionne comme un restaurant normal mais entre midi et 16H00, près de 300 personnes âgées - des femmes en majorité - viennent de tous les coins de la ville pour manger chaud et se retrouver.

- "Fardeau financier" -

Après les progrès des années 2000, le pouvoir d'achat des Russes baisse sans discontinuer depuis cinq ans et la tendance se poursuit malgré la reprise économique suivant la récession de 2015-2016.

Au moment de sa réélection pour un quatrième mandat il y a un an, le président Vladimir Poutine a promis de diviser par deux la pauvreté qui ronge le pays. Mais peu après, son gouvernement a annoncé une hausse de la TVA et un relèvement de l'âge de la retraite, très mal vécu alors que les personnes âgées vivent dans un grand dénuement.

"Jamais la situation n'a été aussi dure qu'aujourd'hui pour la population", observe l'économiste Igor Nikolaïev, directeur de l'Institut d'analyse stratégique FBK Grant Thornton. "Dans tous les domaines, le fardeau financier devient de plus en plus lourd".

Dans un pays où la pension de retraite moyenne est de moins de 200 euros, le désarroi se traduit dans les sondages.

Selon le centre indépendant Levada, 61% des Russes ont honte de "l'éternelle pauvreté et insécurité" de leur pays, contre 56% en 2015. La proportion de Russes pessimistes sur la situation de leur pays (45%) vient de dépasser celle des optimistes pour la première fois depuis fin 2013.

Stratosphérique ces dernières années, la cote de popularité de Vladimir Poutine, mesurée par le même organisme, est tombée en janvier à 64%, son plus bas niveau depuis l'annexion de la Crimée en 2014, contre 80% il y a un an.

- Poutine débloque des aides -

"Le mécontentement s'est installé en province", d'habitude plus loyale, note Lev Goudkov, directeur de Levada, "Il est lié au refus de l'Etat de fournir des garanties sociales, à la réduction des fonds destinés à la population pour mener des projets géopolitiques et à la chute des revenus réels".

Ces derniers ont diminué, selon lui, de 11% à 14% depuis 2014 et "l'euphorie" provoquée par l'annexion de la Crimée: "C'est douloureux pour les personnes ayant un revenu moyen".

Lors de son adresse au Parlement mi-février, Vladimir Poutine s'est inquiété de la pauvreté qui touche environ 19 millions de personnes et annoncé des aides sociales dépassant 1,3 milliard d'euros, promettant aux Russes une amélioration de leur situation "dès cette année".

Mais à court terme, les Russes voient surtout les prix, notamment ceux des produits alimentaires de base, déraper dans le sillage du passage de la TVA de 18% à 20% le 1er janvier.

L'inflation s'est accélérée à 5% sur un an en janvier et a même atteint 7,3% pour les fruits et légumes.

Au restaurant Dobrodomik de Saint-Pétersbourg, Galina Mikhalina montre les retraités qui profitent comme elle d'un repas gratuit: "Regardez, tous ces gens n'ont pas du tout l'air de marginaux".

A 73 ans, cette ancienne ingénieure touche une pension mensuelle de 12.000 roubles, soit environ 160 euros. Elle a été récemment relevée de 1.000 roubles: "Merci, mais les prix augmentent deux-trois fois plus vite."

"C'est triste d'avoir travaillé toute sa vie et de devoir se réjouir de repas caritatifs", constate avec amertume la retraitée qui "hésite parfois à acheter du pain". "Notre génération a des complexes, je ne suis pas très à l'aise pour manger des repas caritatifs: je préfère offrir que prendre. Mais c'est la vie".

Auteur(s): Par Marina KORENEVA avec Andrea PALASCIANO à Moscou - Saint-Pétersbourg (AFP)


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Des retraités profitent de repas gratuits à midi au café Dobrodomik à Saint Petersbourg, le 11 février 2019

Newsletter


Fil d'actualités Actualités




Commentaires

-