La "Nouvelle star" afghane veut se "battre" avec sa musique

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

La "Nouvelle star" afghane veut se "battre" avec sa musique

Publié le 30/03/2019 à 11:44 - Mise à jour à 12:08
© WAKIL KOHSAR / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Laurent ABADIE - Kaboul (AFP)
-A +A

"Si les talibans reviennent, je me battrai avec ma musique car je veux en faire ma vie". Première femme à s'imposer dans la version afghane de la Nouvelle Star, Zahra Elham, est devenue, le temps d'un télé-crochet, un symbole pour de nombreuses jeunes Afghanes.

Agée d'une vingtaine d'année et membre de la communauté hazara, connue comme étant la plus progressiste de l'Afghanistan, Zahra Elham a remporté une victoire remarquée au moment où de nombreuses Afghanes redoutent de voir leurs droits remis en cause en cas d'accord de paix hâtif entre Etats-Unis et talibans.

Interrogée par l'AFP dans les locaux de la chaîne de télévision afghane Tolo, organisatrice du concours, la jeune fille discrète, dont la voie aiguë et écorchée a enchanté le public sur des airs de folk persane, semble encore étonnée de sa notoriété nouvelle.

"J'étais très fière de moi mais en même temps sous le choc d'être la première femme à l'emporter", quand l'"Afghan star" en était pourtant à sa 14e édition, raconte-t-elle, manifestement encore peu à l'aise face à une caméra, ses cheveux châtains élégamment recouverts d'un foulard vert olive.

"Personne ne chantait dans ma famille", confie-t-elle, disant s'être exercée "en regardant des vidéo clips" sur internet et surtout en s'inspirant de ses "idoles", notamment la chanteuse pop afghane Aryana Sayeed.

Celle-ci, comparée en Afghanistan à Kim Kardashian pour ses tenues ajustées et ses selfies, un commentaire tout sauf anodin dans un pays si conservateur, a été source de motivation pour Zahra Elham, qui dit vouloir réussir "contre vents et marées".

- "Donner du courage" -

"Quand j'ai vu cette fille, je me suis dit : +si elle peut le faire, moi aussi. Elle a deux bras et deux jambes, tout comme moi", se souvient la jeune femme, qui se dit également fan du Canadien Justin Bieber et du chanteur suédois Maher Zain.

Et c'est ce même "courage" qu'elle veut désormais "donner" aux autres Afghanes, dont elle reconnaît être devenue une ambassadrice.

"Oui, ma voix est importante pour les femmes d'Afghanistan", affirme la lauréate, notamment pour les plus jeunes, qui comme elle il y a encore peu, ne s'évadent que devant l'écran de leur téléphone.

Si Zahra Elham dit vouloir "rester loin de la politique", elle partage cependant les craintes relayées par de nombreuses associations de défense des droits des femmes en Afghanistan sur un possible retour au pouvoir des talibans, qui depuis des mois négocient un accord de paix avec Washington.

Les rebelles, quand ils dirigeaient le pays entre 1996 et 2001, avaient en effet confiné les femmes à l'espace domestique et fortement entravé l'éducation des filles.

L'Afghanistan avait aussi opéré un radical retour en arrière culturel. Les téléviseurs étaient pendus aux lampadaires et la musique bannie.

Alors que les droits des femmes continuent à être ignorés en milieu rural, Zahra Elham veut, "à travers (sa) musique, servir (son) peuple" et "lutter pour l'égalité".

Pour l'heure, avant de rêver à une carrière internationale comparable à celle de son idole, elle entend rapidement faire prospérer sa notoriété "en réalisant un clip" et en apprenant à jouer de la guitare.

"Mon avenir, c'est la musique. Et je peux le rendre lumineux en chantant".

Auteur(s): Par Laurent ABADIE - Kaboul (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La chanteuse afghane Zahra Elham, première femme vainqueur de la version afghane de "La nouvelle star", lors d'une interview avec l'AFP, le 28 mars 2019 à Kaboul

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-