La survie au cancer progresse, mais reste très inégale selon les pays

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

La survie au cancer progresse, mais reste très inégale selon les pays

Publié le 31/01/2018 à 10:29 - Mise à jour à 11:12
© PASCAL PAVANI / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

La part des malades du cancer qui survivent progresse dans le monde, mais de manière très inégale en fonction des pays, selon une étude publiée mercredi dans la revue Lancet.

L'étude porte sur 37,5 millions de malades dans 71 pays représentant deux tiers de la population de la planète, et sur 18 types de cancer parmi les plus répandus.

Par exemple, en cas de tumeur au cerveau chez un enfant, "la survie sur cinq ans est deux fois plus élevée au Danemark et en Suède (environ 80%) qu'au Mexique et au Brésil (moins de 40%)", ont relevé les auteurs.

La leucémie aiguë lymphoblastique, cancer le plus fréquent lors de l'enfance, tue plus de 40% des enfants atteints en Chine, au Mexique ou en Équateur, mais moins de 10% aux États-Unis, au Canada et dans neuf pays d'Europe de l'Ouest.

Les pays qui traitent le mieux pourraient donc servir d'exemples pour abaisser, entre autres, le bilan de 100.000 enfants victimes chaque année dans le monde.

Par exemple, l'Asie du Sud-Est, le Japon et la Corée du Sud sont en pointe contre les cancers de l'estomac, ce qui semble dû à "des programmes d'examens endoscopiques sur certaines populations depuis longtemps". Parmi les pays qui auraient intérêt à s'inspirer de ce modèle, la Russie, "où les cancers gastro-intestinaux sont un énorme problème de santé publique".

À l'inverse, l'Asie du Sud-Est est en retard sur le mélanome, "ce qui reflète peut-être une moindre prise de conscience de l'opinion et une prévalence plus forte d'un sous-type mortel (le mélanome acral lentigineux)", d'après les chercheurs.

Ceux-ci ont déploré que les données soient très incomplètes.

"Sachant les milliards de dollars investis dans la recherche chaque année, le fait qu'un besoin universel pour tous les pays (une analyse des statistiques du cancer à partir de registres nationaux et régionaux, ndlr) ne soit pas satisfait traduit à la fois une visée politique de court terme et des priorités mal placées", a estimé l'oncologue britannique Richard Sullivan.

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Un chercheur travaille dans l'Institut Universitaire du Cancer de Toulouse, le 10 octobre 2014

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-