L'Angola revoit son projet de réforme interdisant l'avortement

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

L'Angola revoit son projet de réforme interdisant l'avortement

Publié le 13/06/2017 à 13:06 - Mise à jour à 13:10
© AMPE ROGERIO / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP
-A +A

Le parti au pouvoir en Angola a annoncé avoir fait machine arrière sur son projet de loi très controversé sur la pénalisation de l'avortement, en rétablissant finalement sa légalisation en cas de viol et de danger pour la santé de la mère.

"Nous avons décidé d'entendre la pression de la société", a justifié lundi soir devant la presse le président du groupe du Mouvement populaire pour la libération de l'Angola (MPLA) au Parlement, Virgilio de Fontes Perreira.

Depuis février, la réforme présentée par le MPLA pour dépoussiérer l'antique code pénal en vigueur en Angola, hérité de la colonisation portugaise, fait l'objet d'un vif débat.

La première mouture du texte adopté en première lecture par les députés réprimait les interruptions volontaires de grossesse de peines pouvant aller jusqu'à dix ans de prison mais les autorisait dans certains cas, notamment lorsque la vie de la mère est en danger ou en cas de grossesse causée par un viol.

Sous la pression de l'Eglise notamment, ce texte avait toutefois été amendé pour interdire toutes les IVG.

Ce revirement a provoqué de vives critiques. La plus spectaculaire est venue d'Isabel dos Santos, fille du chef de l'Etat José Eduardo dos Santos et PDG de la compagnie pétrolière nationale.

"Je me sens humiliée en tant que femme, je suis en état de choc", avait-elle écrit sur son compte Instagram.

En mars, quelque 200 personnes avaient également défilé dans les rues de Luanda aux cris de 'liberté pour les femmes", lors d'une des très rares manifestations autorisées par le régime.

Le MPLA avait décidé de réviser son projet de loi. "Quand l'enjeu est la vie de la mère (…) son intégrité physique, quand il y a viol, alors il peut être envisagé de lever l'interdiction de cet acte", a finalement tranché M. de Fontes Perreira.

La réforme du code pénal doit être définitivement approuvée par les députés le 22 juin.

Plus de neuf Angolais sur dix sont de religion chrétienne.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Manifestation contre un projet de loi très controversé sur la pénalisation de l'avortement, le 18 mars 2017 à Luanda

Newsletter


Fil d'actualités Actualités




Commentaires

-