Le nombre d'avortements, 212.000, en légère baisse en 2016

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Le nombre d'avortements, 212.000, en légère baisse en 2016

Publié le 26/06/2017 à 12:27 - Mise à jour à 16:00
©DR
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP
-A +A

Près de 212.000 avortements ont été réalisés en France en 2016, un chiffre en légère baisse, et la part la plus importante concerne des femmes âgées de 20 à 24 ans, révèle lundi une étude de la Drees.

L'an dernier, 211.900 interruptions volontaires de grossesse (IVG) ont été dénombrées, dont 197.800 en métropole, écrit le service statistique des ministères sociaux.

Pour la troisième année consécutive, ce chiffre est en légère baisse.

Dans le détail, 210.149 IVG ont concerné des femmes domiciliées en France en 2016 pour 785.000 naissances. L'année précédente, plus de 219.000 avortements avaient été dénombrés pour quelque 800.000 naissances.

"Chaque année, on compte environ une IVG pour un peu moins de quatre naissances", explique la Drees, précisant que leur nombre varie "d'un mois à l'autre" et qu'elles sont plus nombreuses les premiers mois de l'année.

Le taux moyen de recours à l'IVG est de 13,9 pour 1.000 femmes âgées de 15 à 49 ans en métropole et de 25,2 dans les départements et régions d'Outre-mer.

C'est parmi les femmes de 20 à 24 ans qu'il reste le plus élevé, 26 pour 1 000 femmes. Chez les moins de 20 ans, les taux baissent avec 6,7 recours pour 1.000 femmes parmi les 15-17 ans et 17,8 parmi les 18-19 ans.

De 40 à 44 ans, il est d'environ 6 pour 1.000 et de 0,6 pour 1.000 au-delà de 45 ans.

Au niveau régional, des écarts sont notables : de 10,3 IVG pour 1 000 femmes en Pays de la Loire à 20,1 en Provence-Alpes-Côte d’Azur et plus de 25 dans les départements et régions d'Outre-mer.

L’Ile-de-France, région la plus peuplée, a dénombré le plus d'IVG, près de 50.000.

L'an passé, 34.700 IVG ont été réalisées hors d'une structure hospitalière en métropole (cabinet médical, centre de santé ou centre de planification), et 3.500 en Outre-mer, soit 18 % du total des IVG, comme en 2015.

À l’hôpital, la part des IVG instrumentales continue de décroître, au profit des IVG médicamenteuses, et s'élève à 44%. En 1992, 10% des IVG étaient médicamenteuses.

La quasi-totalité des IVG réalisées à l'hôpital l'était dans des établissements publics : 84% en 2016 contre 80% en 2011 et 65% au milieu des années 1990.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Municipale 2014

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-