Refugees for Refugees, un projet pour musiciens réfugiés en Belgique

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Refugees for Refugees, un projet pour musiciens réfugiés en Belgique

Publié le 09/09/2018 à 06:15 - Mise à jour à 08:00
© JOHN THYS / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par Philippe AGRET - Bruxelles (AFP)

-A +A

Quand il ne compose pas, qu'il n'enregistre pas ou ne tourne pas, Tristan Driessens dirige Refugees for Refugees, un groupe de musiciens réfugiés en Belgique d'horizons aussi divers que la Syrie, l'Irak, le Pakistan, le Tibet ou l'Afghanistan.

"C'est un projet né d'abord autour d'un enregistrement. Par la suite, un ensemble fixe s'est constitué avec dix personnes. On tourne maintenant depuis deux ans", explique à l'AFP ce joueur belge d'oud (luth oriental), l'un des rares maîtres occidentaux de cet instrument.

Leur disque "Amerli", sorti en mai 2016, a été produit par Muziekpublique, une association de Bruxelles qui promeut les musiques du monde, traditionnelles et populaires, par le biais de concerts, de festivals, d'un label et d'une école où sont donnés des cours d'instruments, de chant et de danse.

L'album était destiné "à valoriser les musiciens qui y participent et à favoriser les activités artistiques d'autres réfugiés en Belgique", selon Muziekpublique. Une partie des bénéfices d'"Amerli" -- le nom d'une ville au nord de Bagdad assiégée par l'Etat islamique (EI) en 2014 -- a été reversée à deux ONG belges, Globe Aroma et Synergie 14, qui viennent en aide sur le terrain à des réfugiés.

Dans cet ensemble "il y a des personnalités riches: une très bonne chanteuse tibétaine, Dolma Renqingi, un joueur pakistanais de sarod (luth indien), Asad Qizilbash, un troubadour afghan, Aman Yusufi, et surtout des musiciens qui ont eu un vécu très important en tant que réfugiés, en tant qu'êtres humains et dans le domaine de la musique", raconte Tristan Driessens.

- "Une aventure humaine" -

Lui qui enseigne la musique turque à l'académie de Muziekpublique explique avoir volontairement laissé "un espace aussi grand que possible à chaque musicien" de Refugees for Refugees. Et il invite chacun à "partager son bagage, ses affinités musicales, son savoir-faire" avec les autres membres du groupe.

"À partir de là, je construis un programme" qui mette en valeur chaque interprète, précise le musicologue. "Mon rôle (...) c'est d'identifier les perles", pour créer "quelque chose de pertinent".

"C'est extraordinaire: en l'espace de quelques années, on a tissé des liens et construit des ponts solides entre, par exemple, la musique tibétaine et la musique syrienne -- des expressions de musiques très différentes mais qui arrivent à se mélanger très bien". Sans jamais tomber dans un hasardeux "melting pot", assure Tristan Driessens.

"Mais pour moi, [cet ensemble] reste en premier lieu une aventure humaine, au-delà de l'étiquette ou de l'actualité des réfugiés. Une aventure qui a pu être menée à bien grâce à l'ouverture d'esprit de chacun", témoigne-t-il.

Un deuxième album de Refugees for Refugees est prévu courant 2019.

Auteur(s): Par Philippe AGRET - Bruxelles (AFP)


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


L'artiste belge Tristan Driessens à Bruxelles, le 22 juin 2018

Newsletter


Fil d'actualités Actualités




Commentaires

-