Un tribunal néerlandais autorise un enfant de 12 ans à refuser une chimiothérapie

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Un tribunal néerlandais autorise un enfant de 12 ans à refuser une chimiothérapie

Publié le 12/05/2017 à 15:59 - Mise à jour à 16:00
© Xavier LEOTY, Xavier LEOTY / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP
-A +A

Un garçon de 12 ans souffrant d'une tumeur au cerveau a été autorisé vendredi par un tribunal néerlandais à refuser une chimiothérapie, une décision allant à l'encontre de la volonté de son père.

En novembre, une tumeur avait été diagnostiquée chez David - seul son prénom est divulgué -. L'enfant avait été opéré, la tumeur avait été enlevée. Il avait subi un traitement par irradiation (radiothérapie), a expliqué le tribunal.

Les médecins avaient toutefois recommandé qu'il suive par la suite une chimiothérapie "mais David ne voulait pas de traitement de suivi... et il était soutenu dans ce choix par sa mère", a poursuivi le juge.

Selon les médias néerlandais, l'enfant, dont les parents ont divorcé, voulait à la place essayer la médecine alternative.

Son père avait alors porté plainte dans un tribunal à Alkmaar, dans le nord des Pays-Bas, contre les services locaux de l'enfance, estimant que son fils devait être forcé à prendre un traitement supplémentaire.

David avait été entendu par des psychologues pour enfants.

Ces derniers avaient conclu qu'il avait toutes ses facultés mentales, un bon état d'esprit avec "une forte volonté de vivre", mais s'inquiétaient que les effets secondaires de la chimio n'affectent sa vie actuelle.

Le juge a expliqué comprendre les préoccupations du père mais "estimé qu'il n'y avait aucune raison de ne pas respecter le choix de David", a résumé le tribunal.

Il "peut raisonnablement évaluer ce qu'il estime être dans son intérêt et comprend les conséquences de ses actes, y compris celles qui sont négatives", a ajouté le juge.

Ce dernier s'est également référé à la loi néerlandaise sur l'euthanasie, qui autorise les mineurs en phase terminale âgés de 12 à 18 ans à opter pour une aide à la fin de vie.

La loi permet aux enfants de 12 ans ou plus, de "prendre des décisions sur leurs propres traitements dans des cas d'affections mortelles".

L'avocat, cité par l'agence de presse ANP, a déclaré qu'il étudierait avec le père le jugement avant de faire ou non appel.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Préparation d'une chimiothérapie, dans un laboratoire de La Rochelle, le 17 mars 2017

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-