Appartenir à un gang "n'a que deux issues: la prison ou la mort" menace le président du Salvador

Auteur:
 
Par AFP - San Salvador
Publié le 31 mars 2022 - 22:24
Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse)
Image
Photo distribuée par le sevice de presse de la présidence du Salvador le 28 mars 2022 montrant des membres emprisonnés des gangs de la Mara Salvatrucha et du Barrio 18 à la prison de Ciudad Barrios, a
Crédits
© - / EL SALVADOR'S PRESIDENCY PRESS OFFICE/AFP/Archives
Photo distribuée par le sevice de presse de la présidence du Salvador le 28 mars 2022 montrant des membres emprisonnés des gangs de la Mara Salvatrucha et du Barrio 18 à la prison
© - / EL SALVADOR'S PRESIDENCY PRESS OFFICE/AFP/Archives

Le président du Salvador Nayib Bukele a prévenu jeudi sur Twitter que l'appartenance à un gang "n'a que deux issues : la prison ou la mort", vidéo de prisonniers à l'appui, au lendemain de la multiplication par six de la peine de prison maximale pour l'appartenance à un gang.

"Montrez cette vidéo à vos enfants adolescents, expliquez-leur que rejoindre un gang n'a que deux issues : la prison ou la mort", écrit le jeune président salvadorien élu sur la promesse d'une guerre sans merci contre les gangs criminels, les "maras", qui sévissent dans le pays.

Une vidéo d'une minute vingt montre les déplorables conditions de détention des membres de gangs, généralement tous tatoués et vêtus d'un simple caleçon blanc, dans des pièces surpeuplées, dormant à même le sol depuis que leurs matelas ont été confisqués.

"Depuis dimanche, la nourriture est rationnée et les 16.000 membres de gangs emprisonnés n'ont pas quitté leur cellule, ni vu le soleil. Ces derniers jours, on a arrêté 3.000 personnes de plus (et ça va continuer). Il y aura donc de moins en moins d'espace et on devra rationner encore plus", a ajouté le président Bukele dans un autre message.

Après une série de 87 meurtres en 24 heures, le Parlement du Salvador a approuvé dimanche l'instauration de l'état d'urgence pour un mois dans ce petit pays d'Amérique centrale afin de lutter contre la violence des gangs.

Il permet notamment les arrestations sans mandat de membres présumés de maras, principalement ceux de la Mara Salvatrucha et du Barrio 18, qui comptent quelque 70.000 membres au Salvador.

Une "alerte maximale" a également été décrétée dans toutes les prisons.

"Toutes les cellules seront fermées 24H sur 24H et 7 jours sur 7, personne n'est autorisé à en sortir. C'est un message adressé aux gangs : à cause de vos agissements, vos +gars+ ne verront pas un rayon de soleil", avait tweeté le président.

Le parlement à majorité présidentielle a par ailleurs modifié mercredi le code pénal pour afin de faire passer de neuf à 45 ans de prison la peine maximale pour les chefs de gang.

"Quiconque participe à un groupe, une association ou une organisation illicite", comme une mara, "sera puni d'une peine de prison de vingt à trente ans". Avant cette réforme, l'appartenance à un gang était passible de trois à cinq ans d'emprisonnement.

En 2021, le taux d'homicide au Salvador a été de 18 meurtres pour 100.000 habitants, selon les données officielles. A titre de comparaison il a été de 64 au Cap et 37 à Johannesburg, en Afrique du sud, et de 5,5 à New York et seulement 1,2 à Paris.