Assises: 20 ans de réclusion requis contre l'accusé du procès à la madeleine

Assises: 20 ans de réclusion requis contre l'accusé du procès à la madeleine

Publié le 13/05/2022 à 17:12 - Mise à jour à 17:14
©DR
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Tours

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Le parquet a requis vingt ans de réclusion criminelle à l'encontre d'un ancien pompier accusé d'avoir étouffé une nonagénaire avec une madeleine, vendredi à Tours, devant les assises d'Indre-et-Loire.

"Ce n'est pas une fausse route, (...) c'est l'assassinat d'une vieille femme", a lancé l'avocat général Pierre Gérard, lors du troisième et dernier jour d'un procès marqué par les zones d'ombre.

L'accusé, âgé de 63 ans, a toujours maintenu son innocence depuis son incarcération en mai 2019.

"Cette asphyxie est due à cet amas de madeleine dans la bouche. On retrouve ses morceaux dans la trachée, les cordes vocales et les bronches souches", a continué le magistrat.

"On a une quantité délirante de madeleine, enfournée de force, dans la bouche d'une femme", "probablement pas en une fois", a continué M. Gérard.

"C'est ma conviction, je n'ai aucun moyen de la prouver", a avancé l'avocat général, face à un dossier marqué par l'absence de preuve directe.

Yvette B., 92 ans, résidente d'une unité Alzheimer d'un Ehpad tourangeau, avait été retrouvée morte le 13 mai 2019, dans son lit, des morceaux de madeleine dans la bouche.

L'accusé venait de lui rendre visite, apportant un paquet de madeleines industrielles. Le passionné de moto avait verrouillé la porte de la chambre, un comportement qui avait suscité des interrogations chez le personnel soignant. L'ancien pompier de Paris avait contracté un viager en 1995 sur une maison de famille de la victime.

Les deux premières journées du procès avaient vu la défense, organisée par maîtres Abed Bendjador père et fils, instiller le doute, pointant notamment les imprécisions des témoins et la réalité du mobile financier soulevé par le ministère public.

Auteur(s): Par AFP - Tours

PARTAGER CET ARTICLE :

France-Soir

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-