Chômage: l'embellie se confirme au 3e trimestre

Chômage: l'embellie se confirme au 3e trimestre

Publié le 27/10/2021 à 14:18 - Mise à jour à 14:26
© PASCAL GUYOT / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Charlotte HILL - Paris (AFP)

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Après le choc du Covid-19 et sur fond de reprise "robuste", le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi a continué de diminuer au troisième trimestre.

Selon les chiffres publiés par le ministère du Travail, le nombre de chômeurs (catégorie A) a enregistré une baisse de 5,5% au troisième trimestre en France (hors Mayotte) par rapport au trimestre précédent, soit 206.000 inscrits en moins, à 3,544 millions.

En incluant l'activité réduite (catégories B et C), le nombre de demandeurs d'emploi est en baisse de 1,9% et s'établit à 5,871 millions, selon la Direction des statistiques (Dares). La catégorie B baisse très modérément (-0,1% en France métropolitaine), tandis que la catégorie C augmente (+6,5%).

Le nombre de chômeurs en catégorie A se situe juste en dessous de son niveau d'avant-crise, avec 5.200 demandeurs d'emploi en moins par rapport au 4e trimestre 2019. Pour les catégories A, B et C dans leur ensemble, il reste supérieur à son niveau d'avant-crise (+124.100).

La baisse en catégorie A est plus forte chez les jeunes de moins de 25 ans au 3e trimestre (-8,4% en France métropolitaine) que pour les autres tranches d'âge (-5,9% pour les 25-49 ans et -4,1% pour les 50 ans et plus).

Sur le front du chômage longue durée, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits depuis un an ou plus diminue de 3,3% au 3e trimestre (-0,4% sur un an), à 2,92 millions (catégories A, B et C). La proportion des demandeurs d'emploi de longue durée repasse sous la barre des 50% à 49,8%.

- "Vraie reprise" -

Pour Mathieu Plane, économiste à l'OFCE, ces chiffres sont "plutôt positifs". Il souligne auprès de l'AFP le "paradoxe de cette crise" avec un rebond plus rapide que prévu, encore davantage pour l'emploi.

Les sorties de Pôle emploi pour "reprise d'emploi déclaré" atteignent "un niveau particulièrement élevé", observe l'économiste, ce qui "correspond bien avec le dynamisme du marché du travail".

La baisse du chômage longue durée est "un autre élément assez positif pour montrer que c'est une vraie reprise", alors que "c'est en général la dernière roue du carrosse", dit-il, y voyant un signe de redémarrage "robuste".

Le nombre de demandeurs d'emploi décroît, "mais ça reste quand même des niveaux très élevés", tempère Anne Eydoux, membre des Economistes atterrés. "On n'est pas du tout dans un contexte de régression massive du chômage", souligne-t-elle.

"Il y a eu un pic très marqué avec la crise sanitaire" et pour les chômeurs de catégorie A, "on est revenus au niveau d'avant-crise". Mais avec les catégories B et C, le niveau reste supérieur à celui d'avant-crise, observe l'économiste.

Elle note que "la réforme de l'assurance chômage, qui risque de toucher surtout les demandeurs d'emploi en activité précaire, intervient alors que leur nombre reste très très élevé".

Le gouvernement mise notamment sur cette réforme pour "encourager le travail". La semaine dernière, le Conseil d'Etat a rejeté les recours en référé des syndicats demandant la suspension du nouveau calcul de l'allocation chômage, qui pénalise l'indemnisation des demandeurs d'emploi qui alternent périodes de travail et d'inactivité.

Pour la CGT, farouchement opposée à cette réforme comme les autres syndicats, le "gouvernement manipule les statistiques pour continuer le passage en force sur l'assurance chômage". Mettant en avant la catégorie C qui "explose", le syndicat estime que "les chômeurs qui ne travaillaient pas du tout retrouvent des contrats … précaires !".

Auteur(s): Par Charlotte HILL - Paris (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Après le choc du Covid-19 et sur fond de reprise "robuste", le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi a continué de diminuer au troisième trimestre

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-