Contestation de crime contre l'humanité: le parquet demande la condamnation d'Eric Zemmour

Contestation de crime contre l'humanité: le parquet demande la condamnation d'Eric Zemmour

Publié le 20/01/2022 à 19:52 - Mise à jour à 20:06
© Bertrand GUAY / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Alain JEAN-ROBERT - Paris (AFP)

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Le parquet général a demandé jeudi d'infirmer le jugement de première instance, qui avait relaxé Eric Zemmour jugé pour contestation de crime contre l'humanité et a demandé sa condamnation.

Le président de la cour d'appel a mis la décision en délibéré à l'issue du second tour de l'élection présidentielle.

L'avocat général a réclamé une peine de 100 jours-amendes à 100 euros, soit une peine de 10.000 euros d'amende qui peut se transformer en emprisonnement en cas de non-paiement.

Le polémiste d'extrême droite et candidat à l’élection présidentielle était jugé en appel pour contestation de crime contre l'humanité, après avoir soutenu en 2019 que le maréchal Philippe Pétain avait "sauvé" les juifs français.

Le procès s'est déroulé sans la présence d'Eric Zemmour ni de son avocat.

Ce dernier, Me Olivier Pardo, qui avait demandé le renvoi du procès, n'a pas été suivi par la cour. Il a aussitôt quitté la salle d'audience dénonçant une décision "inique".

"Dans ces conditions, j'ai décidé que je ne suis pas en état d'assurer la défense" d'Eric Zemmour, a-t-il dit.

"Je trouve anormal que des candidats à la présidentielle soient jugés en pleine campagne. Les juges ont déjà volé l’élection à François Fillon (ndlr: en 2017) et aux électeurs de droite. Ils veulent recommencer", a réagi de son côté M. Zemmour sur son compte twitter.

"Nous nous réjouissons que la cour n'ait pas fait droit à la demande de renvoi, dans la mesure où les propos qui sont tenus par Eric Zemmour sont des propos qui sont ignominieux et que M. Zemmour a tout loisir de se défendre devant la cour puisque la sérénité des débats n'est en rien remise en cause", s'est félicité au contraire Dominique Sopo, président de SOS Racisme, une des association partie civile au procès.

- "Un justiciable comme un autre" -

Me Pardo demandait que le procès en appel de son client soit renvoyé après le second tour de la présidentielle pour "des raisons de sérénité". "Les débats d'opinion doivent avoir lieu dans l'arène politique, ils ne doivent pas occuper le prétoire", a-t-il soutenu.

"Il s’agit d’un traitement discriminatoire qui paraît à la défense de M. Eric Zemmour inacceptable et qui nourrit le soupçon d’une justice politique", a-t-il insisté.

Les avocats des parties civiles ont de leur côté dénoncé "une manœuvre" de la défense d'Eric Zemmour pour éviter d'être jugé.

"Je suis candidat et +so what?+. Candidat ou pas, M. Zemmour reste un justiciable comme un autre", a dit Me Alain Jakubowicz, l'avocat et ancien président de la Licra, autre partie civile aux côtés notamment du Mrap ou de l'Union des étudiants juifs (UEJF).

"La cour ne doit pas avoir de scrupules à juger cette affaire. Il n'y a pas de preuves que Pétain a sauvé des Juifs français", a soutenu Jean-Louis Lagarde, avocat du Mrap.

Ce nouveau rendez-vous judiciaire intervient trois jours après la condamnation d'Eric Zemmour pour provocation à la haine par le tribunal de Paris, pour sa sortie sur les mineurs migrants isolés. Il a aussitôt fait appel.

Dans l'affaire des propos sur Pétain "sauveur" des Juifs, l'ex-chroniqueur vedette de CNews avait été relaxé en février 2021, le tribunal estimant qu'ils avaient été prononcés "à brûle-pourpoint lors d'un débat sur la guerre en Syrie".

Le tribunal avait néanmoins reconnu que ses mots contenaient "la négation de la participation (de Pétain) à la politique d'extermination des juifs menée par le régime nazi".

Les propos avaient été tenus en 2019 lors d'un débat sur CNews face au philosophe Bernard-Henri Lévy.

"Un jour, dans une autre émission, vous avez osé dire que Pétain avait sauvé les Juifs français. C'est une monstruosité, c’est du révisionnisme", s'était emporté "BHL". "C'est encore une fois le réel, je suis désolé", avait répondu le polémiste.

A l'audience en première instance en décembre 2020, Eric Zemmour s'était défendu de toute contestation de crimes contre l'humanité et avait estimé que le débat sur le rôle de Vichy envers les citoyens juifs français devait être tranché par les historiens et non par la justice.

aje/pga/npk

Auteur(s): Par Alain JEAN-ROBERT - Paris (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le candidat d'extrême droite à la présidentielle Eric Zemmour, le 14 janvier 2022 à Honnecourt-sur-Escaut, dans le Nord

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-