Croatie: milliers de manifestants contre l'avortement à Zagreb

Croatie: milliers de manifestants contre l'avortement à Zagreb

Publié le 14/05/2022 à 15:07 - Mise à jour à 16:12
© DENIS LOVROVIC / ASP/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Zagreb

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Plusieurs milliers de personnes ont participé samedi à Zagreb à une marche contre l'avortement, deux jours après une mobilisation à travers la Croatie pour soutenir une femme qui a mené une rude bataille pour obtenir l'autorisation à l'avortement en raison de la maladie de son foetus.

"Les enfants non-nés - la minorité la plus menacée en Croatie", et "Les vies non-nées comptent aussi", pouvait-on lire notamment sur des pancartes portées par des manifestants lors de cette "Marche pour la vie" annuelle, régulièrement organisée ces dernières années dans ce pays membre de l'Union européenne.

Beaucoup de parents accompagnés de leurs enfants portant des ballons ont rejoint la marche.

"Nous soutenons la vie, les valeurs morales, les valeurs données par Dieu", a déclaré à l'AFP une économiste, Maja Ivic, descendue dans la rue avec ses deux enfants.

"Toute vie humaine, de la conception à la mort naturelle, doit être protégée", a renchéri le manifestant Sinisa Kubatovic, 52 ans. Pour lui, "l'avortement doit être autorisé uniquement si la grossesse menace gravement la vie de la femme".

En Croatie, des groupes conservateurs, soutenus par l'Eglise catholique, pressent le gouvernement de limiter le droit à l'avortement, autorisé jusqu'à la dixième semaine de grossesse.

Après cette période, un avortement peut être pratiqué si la santé de la femme ou du foetus est en danger grave, ou en cas de viol ou d'inceste.

Près de 90% des quelques 3,9 millions de Croates sont catholiques, et l'Eglise reste très influente au sein de la société.

Le droit à l'avortement est de plus en plus à l'épreuve car beaucoup de médecins refusent de les pratiquer en invoquant l'objection de conscience.

Le cas de Mirela Cavajda, 39 ans, a ébranlé le pays ces derniers jours. Cette mère d'un enfant était au sixième mois de grossesse quand les médecins ont diagnostiqué en avril une tumeur au cerveau de son foetus.

Sa demande d'avortement a été refusée par quatre hôpitaux de Zagreb, mais après la pression publique, une commission médicale a finalement donné mercredi son feu vert pour l'intervention.

"La vie est quelque chose de plus précieux, la vie doit être respectée, la vie est la loi", a lancé à la foule Boris Ujevic, gynécologue d'un hôpital de Zagreb.

La Cour constitutionnelle de Croatie a rejeté en 2017 un recours de plusieurs groupes conservateurs réclamant l'interdiction de l'avortement. Elle a alors aussi jugé que la législation de 1978 était obsolète et a demandé sa révision.

Mais des groupes des droits de l'Homme craignent que ces changements ne conduisent e'n fait à plus de restrictions.

Auteur(s): Par AFP - Zagreb

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Plusieurs milliers de personnes participent à une marche contre l'avortement, le 14 mai 2022 à Zagreb

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-