Cuba: les familles des manifestants dévastées par les lourdes peines

Auteur:
 
Par Leticia PINEDA - La Havane (AFP)
Publié le 01 avril 2022 - 07:27
Mis à jour le 05 avril 2022 - 00:00
Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse)
Image
La Cubaine Virgen Frometa, dont le frère Luis a été condamné à 25 ans de prison pour sédition, le 29 mars 2022 à La Guïnera, en banlieue de La Havane
Crédits
© YAMIL LAGE / AFP
La Cubaine Virgen Frometa, dont le frère Luis a été condamné à 25 ans de prison pour sédition, le 29 mars 2022 à La Guïnera, en banlieue de La Havane
© YAMIL LAGE / AFP

"En moi, il y a une révolutionnaire qui souffre", confie Virgen Frometa, Cubaine dont le frère, en visite d'Allemagne où il réside, a écopé de 25 ans de prison pour avoir manifesté en juillet 2021.

"Je demande la libération immédiate de mon frère", Luis Frometa Compte, 59 ans, et "de tous les prisonniers" des manifestations historiques ayant secoué l'île les 11 et 12 juillet derniers, dit Mme Frometa, 56 ans, les yeux remplis de larmes.

Luis Frometa Compte, qui vit à Dresde, était arrivé depuis un mois à Cuba pour rendre visite à sa famille quand ont éclaté les émeutes qui se sont soldées par 1.395 personnes arrêtées dont 728 restent incarcérées, selon l'ONG Cubalex, basée à Miami.

Agent forestier installé en Allemagne depuis 37 ans, il a la double nationalité. Le 12 juillet, il sort acheter du rhum et, en croisant les manifestants, se joint à eux, filmant aussi les événements.

Cinq jours plus tard, des policiers en civil viennent le chercher chez sa soeur. Depuis il est en prison.

"Personne ne renverse une révolution désarmé, juste en parlant, en manifestant, en disant des choses qui ne plaisent pas ou en filmant, personne", s'emporte Virgen Frometa, scandalisée par la peine infligée à son frère pour sédition.

- "Ils n'ont tué personne" -

A quelques maisons de là, dans le quartier pauvre de La Güinera, en banlieue de La Havane, Emilio Roman, maçon de 51 ans, est lui aussi dévasté. Ses trois fils ont été condamnés pour sédition.

L'aîné, Yosney Emilio Roman, 25 ans, et sa soeur Mackyani Yosney, 23 ans, ont écopé de 12 ans de prison. Le benjamin Emy Yoslan, 18 ans, a pris sept ans.

Le 12 juillet, la famille Roldan fêtait un anniversaire. Mackyani est sortie acheter des cigarettes et est tombée sur la foule. "Elle s'est emballée", ses frères aussi, raconte son père.

Pendant les deux semaines qu'ont duré les procès en janvier, Emilio Roman est resté à l'entrée du tribunal.

"Je n'avais pas la force d'(entrer), de voir l'injustice qu'ils étaient en train de commettre contre tous ces gamins", dit-il dans sa modeste maison aux murs de ciment sans peinture et où le lit, la cuisine et la salle de bains se partagent le même espace.

Le verdict est tombé le 16 mars: des peines de six à 30 ans pour 128 Cubains accusés de sédition et vols. Ils avaient participé à deux des manifestations les plus violentes des 11 et 12 juillet, à La Güinera et dans le quartier Diez de Octubre.

Ces lourdes condamnations ont causé la stupeur sur l'île. Même le chanteur Silvio Rodriguez, une institution à Cuba et fervent défenseur de la révolution, s'en est offusqué.

"Condamnés à 15, 20 et 30 ans pour désordre public? Cela ne me semble pas juste", a-t-il commenté sur le portail officiel Cubadebate.

"S'ils ont commis les actes de violence dont on les accuse, je suis d'accord qu'ils soient jugés et qu'on leur applique les peines correspondantes. Mais à ce que je sache, ils n'ont tué personne".

- L'UE inquiète -

A La Guïnera, quelque 90 foyers ont un proche incarcéré depuis juillet. Les familles Frometa et Roman vont faire appel.

Désabusé, Emilio Roman voudrait que ses enfants quittent Cuba, comme le font des milliers d'habitants ces derniers mois, une vague migratoire massive sur fond de crise économique et malaise social. "Qu'ils ne passent pas un jour de plus dans ce pays, qui est une honte!"

Selon le texte du jugement, sa fille Mackyani, contre laquelle le parquet réclamait 25 ans de prison, a participé "au regroupement de personnes qui ont mené les émeutes en utilisant des armes capables de tuer, blesser et endommager avec force, comme des pierres, des bâtons et des bouteilles sous formes d'engins explosifs".

Dans les vidéos, elle "a une bouteille à la main", admet son père. Concernant ses frères, le dossier dit qu'ils "ont lancé des pierres et des bouteilles vers les agents du ministère de l'Intérieur".

Le parquet assure avoir agi avec transparence et respecté le droit à la défense, dénonçant une motivation politique derrière ces rassemblements.

"Nous avons pu prouver" qu'il y avait des personnes qui voulaient provoquer "une intervention militaire du gouvernement américain", a déclaré au journal télévisé Yohandris Lopez, procureur dans plusieurs procès de La Güinera.

Mercredi, l'Union européenne a dit "suivre avec une profonde inquiétude" les lourdes peines infligées, les jugeant "disproportionnées", comme l'a aussi estimé Washington, et regrettant que "ces procès soulèvent d'importantes préoccupations" en terme de "transparence et de régularité de la procédure".