Didier-Roland Tabuteau nommé à la tête du Conseil d'Etat

Didier-Roland Tabuteau nommé à la tête du Conseil d'Etat

Publié le 05/01/2022 à 14:25 - Mise à jour à 16:28
© BERTRAND GUAY / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Paris

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Didier-Roland Tabuteau a été nommé mercredi en Conseil des ministres à la tête du Conseil d'Etat, la plus haute juridiction administrative française, où il doit succéder à Bruno Lasserre.

M. Tabuteau, jusqu'alors président de la section sociale de l'institution, est également responsable de la chaire Santé de l'Institut d'études politiques de Paris et codirecteur de l'Institut Droit et Santé.

Ce haut fonctionnaire âgé de 63 ans avait également dirigé le cabinet de Bernard Kouchner au ministère de la Santé et avait été directeur adjoint du cabinet du ministère des Affaires sociales avec les socialistes Claude Évin et Martine Aubry dans les années 1990 et 2000.

Partisan d'une "grande Sécurité sociale", telle que récemment développée par le ministre de la Santé Olivier Véran, M. Tabuteau fut le premier directeur de l'Agence du médicament, en poste entre 1993 et 1997, créée après le scandale du sang contaminé.

Sa nomination à la tête du Conseil d'Etat - malgré le titre officiel, mais trompeur, de "vice-président" - met fin à un suspense au sein de l'institution feutrée de la place du Palais-Royal à Paris.

Mardi, Emmanuel Macron s'y était rendu pour remercier l'actuel titulaire de la charge, Bruno Lasserre, gagné par la limite d'âge, sans que le nom d'un successeur ne s'impose.

Or cette maison bicentenaire, qui a un double rôle original d'à la fois conseiller le gouvernement sur les textes de lois en amont de leur examen, et de juridiction administrative suprême, a gagné autant en importance qu'en visibilité depuis deux ans et la crise du Covid.

"Le Conseil d'Etat s'est transformé en ruche", avait témoigné Bruno Lasserre auprès de l'AFP, en citant les "200 textes en matière de Covid" du gouvernement qui ont fait l'objet d'un avis en 2020, "dont 112 ont été examinés en moins de cinq jours".

Il a aussi fallu faire face à "l'inflation des référés", ces recours en urgence déposés par centaines par des citoyens, associations ou organisations professionnelles contestant la gestion de la pandémie, et qui "ont changé le regard politique et médiatique sur nos décisions", selon le vice-président sortant.

Parfois accusée d'une endogamie coupable avec le pouvoir exécutif - les conseillers d'Etat, souvent issus de la défunte ENA, essaiment dans les ministères - l'institution s'est toutefois distinguée en 2021 en infligeant deux camouflets au gouvernement, avec la suspension d'une partie de la réforme de l'Assurance chômage, puis l'amende de 10 millions d'euros pour ne pas avoir lutté suffisamment contre la pollution de l'air dans plusieurs zones en France.

Auteur(s): Par AFP - Paris

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Didier-Roland Tabuteau a été nommé en Conseil des ministres à la tête du Conseil d'Etat, la plus haute juridiction administrative française

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-