En Méditerranée, les chalutiers inquiets face à la baisse du nombre de jours de pêche

En Méditerranée, les chalutiers inquiets face à la baisse du nombre de jours de pêche

Publié le 12/08/2021 à 19:12 - Mise à jour le 15/08/2021 à 18:26
© RAYMOND ROIG / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Arthur CONNAN - A bord de l'Edouard François (France) (AFP)

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

"On va être obligé de changer de travail", lâche Johnny Grember, capitaine de l'Edouard François, un des 58 chalutiers français qui pêchent en Méditerranée. Les patrons-pêcheurs s'inquiètent de la baisse régulière des quotas de pêche, et pour l'avenir de la filière.

Dans la nuit noire de l'été, les marins raccommodent les filets du chalutier, amarré à Port-la-Nouvelle (Aude), avant une journée de pêche de 15 heures, limite fixée par le plan de gestion européen en Méditerranée occidentale.

Pour préserver des ressources halieutiques dangereusement malmenées, les ministres européens de l'Agriculture et de la Pêche ont décidé en décembre dernier de réduire de 7,5% l'effort de pêche (nombre de jours en mer) en 2021 en Méditerranée occidentale, passant de 200 à 183 jours, après une baisse de 10% en 2020.

L'objectif fixé par la Commission européenne est une diminution de l’effort de pêche des chalutiers au maximum de 40% d’ici à 2025.

De quoi décourager les pêcheurs du secteur, comme Johnny Grember, 37 ans. "Là pour l’instant c’est 183 jours mais si dans un an, ils nous mettent à 160 ou 140, on fera quoi si on est arrêté pendant six mois ? Pour nous, c’est invivable", peste-t-il.

L'Edouard François, 25 m de long, utilise des chaluts jumeaux à panneaux: des plaques métalliques placées à l'avant du chalut qui permettent d'ouvrir le filet. En avançant, il capture les espèces vivant près du fond.

"Vas-y, déroule doucement... Roule à fond !", crie un des marins au capitaine lors du déploiement des chaluts. Une fois sous l'eau, les filets sont traînés pendant environ trois heures.

- Rétablir les stocks -

L'activité reprend sur la poupe. Le capitaine est sur le pont, le bruit des câbles métalliques amorce la remontée des filets.

C'est un travail d'orchestre: un marin crie à droite, le filet droit remonte. Puis à gauche. Après plusieurs minutes, les filets s'approchent. La pêche est déversée et le parfum des embruns vient se mêler à l'odeur de gazole émanant du navire.

Au premier abord, la récolte semble moyenne, selon le capitaine: quelques lottes, du rouget, du merlu, des gambas et des roussettes. A peine remontés, il faut remettre les filets à la mer pour une nouvelle pêche de trois heures.

"On pêche dans toute la Méditerranée mais en ce moment le poisson est plutôt ici (au large des côtes franco-espagnoles)", souligne Johnny Grember, les yeux rivés sur son ordinateur de bord, en changeant de cap pour la deuxième sortie.

Avec cette réduction de l'effort de pêche, l'UE espère rétablir les stocks de merlus et de rougets qui sont surexploités, selon les scientifiques.

Un quota de capture par espèce, comme c'est le cas en Atlantique ou dans la Manche, a un temps été envisagé mais impossible à mettre en place au niveau du chalutage en Méditerranée au vu des nombreuses espèces qui sont capturées à chaque sortie.

"Le merlu et le rouget représentent uniquement 10 à 15 % des captures selon les navires, une toute petite partie de la pêche qui va entraîner des conséquences économiques et sociales", déplore Perrine Cuvilliers, secrétaire générale de l'Organisation des producteurs du sud.

- "Un lourd tribut" -

Sollicité par l'AFP, le ministère de la Mer reconnaît que c'est un "lourd tribut à payer" pour les pêcheurs mais qu'un système d'accompagnement est prévu pour que la baisse du nombre de jours de pêche soit "la moins impactante possible".

Ce plan s’articule autour de dispositifs d’aide aux arrêts temporaires, destinés à indemniser les coûts fixes de l'armateur liés aux 17 jours en moins et l'accès au chômage partiel pour l'équipage.

Pêcheurs et armateurs alertent sur le fait que la diminution à 183 jours frôle le seuil de rentabilité, à 177 jours de mer par an.

"Aujourd'hui, on a une vingtaine de bateaux en dessous du seuil de rentabilité. On est inquiet pour l'avenir. Comment faire pour être rentable?", interroge Bernard Perez, président du Comité régional des pêches d'Occitanie (CRPMEM) et armateur de l'Edouard François.

Le capitaine Johnny Grember, lui, estime que c'est toute la filière qui va être mise à mal.

"Ca va faire fermer toutes les criées si on reste fermé pendant deux mois et demi. Les chalutiers sans la criée et nous sans la criée on n'est rien. Pour l’instant je laisse venir mais je ne vois pas comment faire, on va être obligé de changer de travail", soupire celui qui est marin depuis 17 ans.

Auteur(s): Par Arthur CONNAN - A bord de l'Edouard François (France) (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Le capitaine du chalutier Edouard François, Johnny Grember, observe la mer avec des jumelles, le 11 août 2021 au large de Port-la-Nouvelle, dans l'Aude

Newsletter


Fil d'actualités AFP France




Commentaires

-