Fantômes, esprits, vaudou: voyage dans l'invisible au Musée du Quai Branly

Auteur:
 
Par AFP - Paris
Publié le 07 avril 2022 - 22:03
Mis à jour le 08 avril 2022 - 16:06
Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse)
Image
La collection Océanie au Musée du Quai Branly, en juin 2020 à Paris
Crédits
© FRANCK FIFE / AFP/Archives
La collection Océanie au Musée du Quai Branly, en juin 2020 à Paris
© FRANCK FIFE / AFP/Archives

Le musée du Quai Branly à Paris réveille le monde des morts le temps d'un week-end, pour dévoiler les facettes invisibles de la nature et explorer les rapports qu'entretiennent les sociétés extra-occidentales avec l'au-delà.

Revenants, fantômes, esprits, divinités... Le public est invité à faire connaissance avec tous ces "non-humains" qui peuplent les collections du Quai Branly-Jaqcues Chirac, pour sa cinquième édition de "L'éthnologie va vous surprendre", samedi et dimanche.

Deux jours gratuits de conférences, expositions, spectacles, films et rencontres de chercheurs autour du thème de l'invisible, "fédérateur de beaucoup de cultures et objets présentés dans nos collections permanentes", explique à l'AFP Philippe Charlier, directeur du département de la Recherche du musée dédié aux arts premiers.

Ce médecin légiste devenu anthropologue, spécialiste des fantômes, revenants et zombies, a voulu explorer le rapport entre "le monde du visible" et celui de l'au-delà, qu'il appelle les "non-morts". Contrairement aux civilisations occidentales, dans de nombreuses cultures d'Asie, d'Amazonie, d'Océanie ou d'Afrique sub-saharienne, "la frontière est très tenue" entre les deux univers: en témoignent les sorciers, féticheurs et tous les "objets intercesseurs" que sont les masques, statuettes, robes, instruments ou même certaines drogues.

C'est cette "fenêtre" vers l'autre monde, parfois cachée dans les oeuvres d'art, que le musée se propose d'ouvrir. En décryptant pour le public certaines oeuvres, telles cette statuette de République démocratique du Congo (RDC) datant du 17e siècle, dont une analyse au scanner a révélé qu'elle possédait un véritable double anatomique à l'intérieur: un conduit auditif, un tube digestif, un estomac...

Une trentaine d'évènements sont prévus, dans l'enceinte du musée et ses jardins, dont une initiation au vaudou haïtien en compagnie du prêtre, conteur et danseur Erol Josué, une "chasse aux fantômes" en famille, une conférence sur "le virus et le djinn", une visite en nocturne des espaces "cachés" du musée et de son toit-terrasse etc.