France : "la majorité" des contenus liés à la pratique de l'islam sur les réseaux sociaux connectés au salafisme (ministère)

France : "la majorité" des contenus liés à la pratique de l'islam sur les réseaux sociaux connectés au salafisme (ministère)

Publié le 15/10/2021 à 23:58 - Mise à jour le 16/10/2021 à 03:28
© ARUN SANKAR / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Paris

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

"La majorité" des contenus liés à la pratique de l'islam sur les réseaux sociaux en France sont aujourd'hui "connectés à la sphère salafiste et s'inscrivent dans l'islamisme, très loin de la sphère spirituelle", a-t-on appris vendredi auprès du ministère français de l'Intérieur.

L'Unité de contre-discours républicain (UCDR), créée en France pour lutter contre l'islamisme après l'assassinat du professeur d'histoire-géographie Samuel Paty le 16 octobre 2020, a identifié une vingtaine d'auteurs francophones - personnes ou organisations -, "particulièrement actifs", comme étant les principaux diffuseurs de discours de haine et "issus des mouvances séparatistes", selon une source au ministère.

"L'assassinat de Samuel Paty a accentué le sentiment qu'il faut agir sur les réseaux sociaux", a déclaré vendredi la ministre française déléguée à la Citoyenneté Marlène Schiappa devant quelques journalistes, faisant allusion à la campagne menée contre le professeur sur internet à partir du mensonge d'une élève de son collège.

"Il faut répondre à ces discours" et "aider les jeunes mal informés sur les réseaux sociaux à exercer leur libre arbitre en produisant du contenu propre prônant les valeurs de la République", a dit Mme Schiappa.

Le rôle de l'UCDR, constituée d'une équipe d'une quinzaine de membres, est de faire une "veille attentive", "riposter aux contenus extrémistes" et faire de la pédagogie via des posts sur Twitter, Facebook, Instagram et TikTok.

"Il faut toucher les nouvelles générations mais aussi les autres, car aujourd'hui tout le monde se fait son opinion sur les réseaux", insiste le ministère de l'Intérieur.

Le travail de l'unité se concentre sur "la menace islamiste prégnante" et "sur les autres formes de séparatisme", comme l'ultra-droite.

Auteur(s): Par AFP - Paris

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Cette photo d'illustration prise le 22 mars 2018 montre des applications de réseaux sociaux sur un écran de téléphone portable

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-