Gisèle Halimi honorée aux Invalides: les féministes espèrent encore le Panthéon

Gisèle Halimi honorée aux Invalides: les féministes espèrent encore le Panthéon

Publié le 26/08/2021 à 17:36 - Mise à jour à 18:48
© Jack GUEZ / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Arnaud BOUVIER - Paris (AFP)

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Un "hommage national" sera rendu début 2022 aux Invalides à l'avocate Gisèle Halimi: les associations féministes se félicitent de cette décision annoncée par l'Elysée, mais beaucoup auraient préféré une entrée au Panthéon de la militante pour les droits des femmes, décédée en juillet 2020 à 93 ans.

"Sa +farouche liberté+, elle l'utilisa pour libérer les autres. Par ses combats pour l'égalité, Gisèle Halimi changea et change encore la vie de millions de femmes. En accord avec sa famille, la Nation lui rendra hommage début 2022 aux Invalides", a précisé Emmanuel Macron dans un tweet lundi dernier.

"Nous sommes très heureuses de cet hommage national. Cependant, reconnaître que des millions de femmes lui doivent beaucoup et ne pas considérer que c'est une raison valable pour entrer au Panthéon, c'est dommage", a dit à l'AFP Violaine Lucas, présidente de l'association "Choisir la cause des femmes", que Gisèle Halimi cofonda avec Simone de Beauvoir en 1971.

Cette association a lancé il y a plusieurs mois une pétition en ligne - signée à ce jour par plus de 35.000 personnes - pour demander l'entrée au Panthéon de Gisèle Halimi, qui oeuvra à la criminalisation du viol, et à la légalisation de l'avortement et de l'homosexualité.

"Nous sommes assez déçues. Gisèle Halimi mérite un hommage national, mais elle mérite aussi de reposer au Panthéon, et c'est ce que nous continuerons à demander", a commenté de son côté Widad Hamri, l'une des porte-parole de l'association "Osez le féminisme".

L'annonce de l'Élysée a d'autant plus surpris qu'elle était presque concomitante avec celle concernant Joséphine Baker (1906-1975), artiste franco-américaine et résistante qui, elle, fera son entrée au Panthéon. Certains ont cru y voir un lien: "On accueille une femme noire à l'engagement et au parcours remarquables pour cacher le fait qu'on refuse celle qui a été dans le combat anticolonial", a ainsi fustigé dans Le Monde le député (ex-LREM) Aurélien Taché.

- Pas consensuelle -

Contacté par l'AFP, Jean-Yves Halimi, l'un des fils de Gisèle, affirme cependant avoir reçu des assurances, de la part des conseillers du chef de l'Etat, que les deux dossiers n'avaient aucun lien.

"La panthéonisation de Joséphine Baker n'a jamais été pour l'Élysée une solution alternative" (à celle de Gisèle Halimi), a-t-il dit, soulignant n'avoir "pas de raison de remettre en cause" ces assurances.

En outre, selon lui, c'est bien un hommage national, et pas une panthéonisation, qui a toujours été évoquée depuis l'été 2020 dans les échanges entre les conseillers du président et la famille de la défunte. Une date avait même été fixée, au 3 septembre 2020, puis plusieurs fois repoussée, d'abord à cause de l'explosion de Beyrouth en août 2020, puis à cause du deuxième confinement, a-t-il expliqué.

Plus tard, en mai 2021, France Inter avait affirmé que le président Macron allait probablement écarter l'idée de faire entrer Gisèle Halimi au Panthéon, notamment parce que l'engagement de l'avocate contre la guerre d'Algérie et pour l'indépendance de ce pays pouvait "cliver" et que la décision pourrait être considérée comme une "insulte" par certaines associations de pieds-noirs et de harkis.

Selon Jean-Yves Halimi, un tel raisonnement ne serait "pas cohérent", car habituellement les personnalités honorées au Panthéon n'ont pas été "consensuelles au moment de leur action". Cependant l'Élysée n'a jamais évoqué ouvertement cet argument comme pouvant être un obstacle à la panthéonisation, selon lui.

"Ma mère ne se souciait pas de réunir autour d'elle un consensus. Elle avait de très fortes convictions, mais n'était pas du tout consensuelle", a-t-il souligné.

Pour M. Halimi, l'hommage national aux Invalides n'est pas un "lot de consolation", mais n'est pas non plus incompatible avec une éventuelle entrée ultérieure au Panthéon. Celle-ci suppose un processus long, et "je m'y investirai", a-t-il assuré. "Mais si on attend que ma mère fasse consensus, y compris sa défense des militants FLN pendant la guerre d'Algérie, on peut attendre encore longtemps", a-t-il ironisé.

Dans l'immédiat, la maire (PS) de Paris Anne Hidalgo doit inaugurer mardi une "promenade Gisèle-Halimi", sur une partie des berges de la Seine dans le 7e arrondissement.

Auteur(s): Par Arnaud BOUVIER - Paris (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

L'avocate française Gisèle Halimi le 14 novembre 2003 à Paris

Newsletter


Fil d'actualités AFP France




Commentaires

-