La gauche tente de se rassembler en vue des législatives pour contrer Macron

Auteur:
 
Par Cécile AZZARO - Paris (AFP)
Publié le 25 avril 2022 - 01:22
Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse)
Image
L'Insoumis Jean-Luc Mélenchon, le 20 avril 2022 à Paris
Crédits
© bERTRAND GUAY / AFP
L'Insoumis Jean-Luc Mélenchon, le 20 avril 2022 à Paris
© bERTRAND GUAY / AFP

Soulagée par la défaite de la candidate RN Marine Le Pen à la présidentielle, la gauche est déjà lancée dans la bataille des législatives, et tente de se rassembler pour contrer au "troisième tour" le vainqueur Emmanuel Macron.

La France insoumise, le Parti communiste, les écologistes et le Parti socialiste avaient tous appelé à ne pas donner de voix à la candidate du RN Marine Le Pen, tout en promettant de combattre ensuite aux législatives de juin, celui qu'ils ont contribué à faire réélire, Emmanuel Macron.

La défaite de Marine Le Pen est "une très bonne nouvelle pour l'unité de notre peuple", a réagi le chef de file des insoumis Jean-Luc Mélenchon dans une allocution. Mais pour lui, "le troisième tour commence ce soir". "Le bloc populaire, qui s'est constitué autour de ma candidature, est dorénavant le tiers état qui peut tout changer s'il se rassemble et s'élargit", a-t-il insisté.

Fort de ses 22% au premier tour de la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon, qui souhaite que les Français l'élisent "Premier ministre", tient les clés du rassemblement de la gauche: son parti a engagé des discussions bilatérales en début de semaine avec EELV, le PCF et le NPA, pas encore avec le PS.

Objectif affiché: former un groupe majoritaire à l'Assemblée nationale pour imposer une cohabitation à président réélu. Mais il faut pour cela tourner la page des divisions à gauche.

Plus ouverte à la discussion qu'en 2017, LFI veut aboutir d'ici le 30 avril à un accord, qui doit passer par un "programme partagé".

Dimanche, après son vote dans une école de Marseille, le leader insoumis a expliqué qu'il déciderait la semaine prochaine s’il serait de nouveau candidat aux législatives dans la cité phocéenne. "Si je n'étais pas candidat, il faut que je puisse être Premier ministre quand même", a-t-il expliqué.

Les discussions avec EELV se sont poursuivies durant le week-end. Elle portent notamment sur le projet mais aussi sur la répartition des circonscriptions. Mais rien n'est encore tranché.

"Nous voulons nous donner les moyens d'une coalition pour une majorité alternative", a écrit dimanche soir le secrétaire national d'EELV Julien Bayou dans un communiqué, refusant "un nouveau quinquennat d'inaction climatique, de casse sociale et de mépris".

Mais au sein d'EELV, les avis sont partagés. Le candidat écologiste Yannick Jadot, discret depuis son échec à la présidentielle, a appelé à "construire le meilleur" aux législatives, mais se garde de prendre position pour un accord avec LFI.

Et Delphine Batho, ex-porte-parole de la campagne, réticente au rassemblement, a défendu sur TF1 "une majorité diverse à l'Assemblée nationale". Selon elle, "l'histoire des trois blocs", que prône LFI, "n'est pas représentative".

- "gauche nouvelle" -

Avec les communistes, les discussions reprennent lundi. "Nous avons besoin d'une majorité de gauche à l'Assemblée", a souligné le leader du PCF Fabien Roussel dans une allocution, appelant une nouvelle fois à "un accord global" avec les autres forces de gauche, "en évitant toute division dans des circonscriptions ayant déjà des députés de gauche".

Une manière pour le communiste de défendre ses partenaires historiques du PS, forts de 30 députés sortants, mais que LFI snobe pour l'instant.

Le Parti socialiste a voté majoritairement mardi pour un rapprochement avec LFI, "un acte politique important", selon Pierre Jouvet, chargé des négociations au PS, après des années de guerre avec le parti de Jean-Luc Mélenchon.

Pierre Jouvet espère une rencontre en début de semaine.

"Il faut que la gauche se réunisse sans exclusive, qu'elle fasse la démonstration qu'elle peut porte un projet commun", a aussi appelé dimanche soir le Premier secrétaire Olivier Faure, qui depuis une semaine tend la main à Jean-Luc Mélenchon.

Mais son parti est divisé sur ce positionnement. Ainsi, l'ex-candidate à la présidentielle Anne Hidalgo, qui a toujours violemment critiqué Jean-Luc Mélenchon, a appelé dans une déclaration "toutes les forces de cette gauche démocratique, qui a su faire barrage au pire aujourd'hui, à s'unir pour reconstruire une gauche nouvelle", sans référence à LFI.

Et l'ex-président socialiste François Hollande, qui n'exclut pas de se présenter aux législatives en juin, s'est montré pessimiste, en votant à Tulle, sur un "troisième tour" gagnant pour la gauche: "Je connais la chanson. Le premier couplet est encourageant mais à la fin il y a une abstention aussi assez forte, parce que les électeurs considèrent que beaucoup a été joué au moment de la présidentielle".

À LIRE AUSSI

Image
Emmanuel Macron, à Strasbourg le 12 avril 2022
L'élection de la dernière chance?
CHRONIQUE — Avec la victoire d’Emmanuel Macron qui a recueilli 58,5% des voix, contre 41,5% pour Marine Le Pen, la dernière chance de remettre la France, et par effet ...
25 avril 2022 - 00:55
Politique
Image
Emmanuel Macron, à Strasbourg le 12 avril 2022
Présidentielle : "Les années à venir à coup sûr ne seront pas tranquilles" Emmanuel Macron
SOIREE ELECTORALE — 11:13 – Les personnalités opposées à la politique sanitaire du président de la République ont exprimé leur inquiétude et affiché leur combativité :...
24 avril 2022 - 19:18
Politique
Image
Jean-Luc Mélenchon lors d'un discours à Saint-Denis de la Reunion, le 26 février 2022
Présidentielle: Mélenchon appelle à "l'union populaire" en vue du second tour
A trois semaines de la présidentielle, le leader de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon a appelé dimanche à former une "union populaire" à même de le propulser au se...
20 mars 2022 - 01:17
Politique
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don