La Guadeloupe, toujours bloquée, attend les renforts et le dialogue

La Guadeloupe, toujours bloquée, attend les renforts et le dialogue

Publié le 21/11/2021 à 20:45 - Mise à jour à 20:46
© Carla BERNHARDT / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Amandine ASCENSIO et Cécile REMUSAT - Pointe-à-Pitre (AFP)

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

La Guadeloupe attendait dimanche l'arrivée de renforts policiers, après une semaine d'un mouvement ayant pour origine la contestation de l'obligation vaccinale des soignants et dégénérant en crise sociale émaillée de nombreuses violences, et alors qu'une réunion visant l'apaisement doit avoir lieu lundi à Paris.

La nuit de samedi à dimanche est restée agitée dans les rues et sur les routes de l'île, entre barrages routiers, incendies et pillages qui ont débouché sur 38 interpellations dans la nuit et fait deux blessés chez les forces de sécurité.

Ces incidents ont eu lieu malgré le couvre-feu qui court jusqu'à mardi matin, chaque nuit de 18 heures à 5 heures.

"Une nouvelle fois, les forces de police et gendarmerie, mais aussi les sapeurs-pompiers qui intervenaient sur les feux, ont fait l’objet de plusieurs tirs d’armes à feu", a dénoncé la préfecture de Guadeloupe dans un communiqué recensant le bilan des violences urbaines survenues dans la nuit. "L’intention de s’approprier des biens par effraction n’est plus la seule motivation de ces bandes organisées qui recherchent désormais le chaos", ajoute le communiqué.

Dans plusieurs communes de l'île, des magasins alimentaires ont été pillés, mais aussi des pharmacies. "A chaque fois, une barricade placée en amont nous empêchait d'avancer", selon les gendarmes qui témoignent aussi de soupçons de "faux appels pour nous attirer ailleurs, tout comme les pompiers". Dans la commune de Morne-à-l'Eau, un poste de police a été incendié.

Selon la préfecture, quatre pharmacies ont été ainsi fracturées.

- "Fermeté" promise par le gouvernement -

La réponse de l'Etat se veut d'abord celle de "la fermeté", a affirmé dimanche le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, en qualifiant la situation d'"intolérable et inacceptable" en Guadeloupe.

"Cette petite minorité qui bloquait par les mots, par les paroles (la vaccination), aujourd'hui elle s'est radicalisée et elle essaie de les bloquer, de les intimider par la violence", a-t-il dénoncé, évoquant des "soignants menacés", "des pharmacies empêchées d'ouvrir" et "les ambulances bloquées sur les barrages".

Depuis l'été, le taux de vaccination a progressé en Guadeloupe, avec désormais un taux de près de 90% des soignants vaccinés, et approchant 50% dans la population générale.

Selon M. Attal, les renforts de policiers et de gendarmes envoyés de métropole, notamment 50 membres des unités du GIGN et du Raid, doivent arriver dès dimanche dans l'île.

Le Premier ministre Jean Castex, accompagné du ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu et du ministre de la Santé Olivier Véran, doit parallèlement recevoir lundi soir des élus de l'île afin, a déclaré Matignon à l'AFP dimanche, de leur permettre "d’exposer leur analyse de la situation sur place". La réunion doit aussi permettre "un dialogue sur les conséquences de l’obligation de vaccination pour les soignants et les pompiers."

- "La profondeur des souffrances"-

L'Union générale des travailleurs de Guadeloupe (UGTG), en pointe de la contestation qui secoue l'île, a appelé samedi "à poursuivre la mobilisation et à renforcer les piquets de revendications populaires", dans un communiqué.

Au-delà de la contestation de l'obligation vaccinale pour les soignants, la mobilisation traduit également "la profondeur des souffrances, des inégalités, de la pauvreté et de l'exclusion subies par la population, singulièrement les jeunes et les personnes âgées", selon la secrétaire générale du syndicat, Maïté Hubert M'Toumo.

"Je comprends la colère en Guadeloupe", a réagi à Paris Jordan Bardella, le président du Rassemblement national, décrivant une population insulaire "totalement abandonnés par les pouvoirs publics" et en proie à "la vie chère".

A gauche, le candidat écologiste à la présidentielle Yannick Jadot a condamné les violences, jugeant "normal" l'envoi de renforts par le gouvernement.

"Dans des cas comme ça, ce qui prime c’est le dialogue, c’est de mettre les gens autour d’une table et la répression au contraire ne fait qu’accentuer les choses", témoignait dans la matinée un habitant rencontré par l'AFP dans les rues de Pointe-à-Pitre après les pillages.

Un appel à la grève générale en Martinique, l'île voisine des Antilles, a été lancé pour lundi.

Auteur(s): Par Amandine ASCENSIO et Cécile REMUSAT - Pointe-à-Pitre (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un barrage routier installé par des manifestants en Guadeloupe, le 17 novembre 2021

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-