Le gouvernement change de pied sur l'allongement de la durée de l'IVG

Le gouvernement change de pied sur l'allongement de la durée de l'IVG

Publié le 07/12/2021 à 00:29 - Mise à jour à 08:18
© JEAN-PIERRE MULLER / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Gregory DANEL - Paris (AFP)

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Malgré les réticences exprimées par Emmanuel Macron, le gouvernement a finalement décidé d'inscrire à l'ordre du jour du Sénat en janvier une proposition de loi permettant l'allongement de la durée légale de l'IVG, un changement de pied à quatre mois de la présidentielle.

Cette inscription-surprise, alors que l'exécutif a longtemps tergiversé sur cet allongement de 12 à 14 semaines, va permettre au texte de poursuivre son cheminement parlementaire et ouvre la voie à une adoption d'ici la fin de la mandature. Se posait la question de l'avenir d'un texte qu'aucun groupe sénatorial n'avait pu ou voulu reprendre pour poursuivre les allers-retours entre les deux chambres.

"C'est un pas de plus dans le bilan progressiste du quinquennat", s'est réjoui l'entourage du patron des députés LREM Christophe Castaner, réputé "tenir énormément" à l'adoption de cette proposition de loi (PPL) portée initialement par une députée d'opposition, l'écologiste Albane Gaillot (ex-LREM, non-inscrite).

Le texte avait été adopté, légèrement amendé dans la nuit de mardi à mercredi dernier, en deuxième lecture à l'Assemblée nationale sous l'impulsion de M. Castaner.

Représenté au banc par le ministre de la Santé Olivier Véran qui, à titre personnel, s'est dit favorable à cet allongement de la durée, le gouvernement avait posé un "avis de sagesse" sur toutes les dispositions du texte, laissant l'Assemblée librement décider du vote.

"Je suis heureuse que le gouvernement ait compris sa responsabilité et l'importance pour toutes les femmes d'inscrire au Sénat cette proposition de loi adoptée deux fois par l'Assemblée nationale et ainsi de lui permettre de poursuivre la navette parlementaire", a réagi auprès de l'AFP, Mme Gaillot.

Rien n'était acquis cependant pour la PPL de Mme Gaillot tant celle-ci a fait l'objet de signaux contradictoires au sein de l'exécutif.

Les réticences exprimées à deux reprises par le chef de l'Etat ont paru signer la fin du cheminement de ce texte, qui hérisse les milieux pro-vie mais a reçu le soutien de plusieurs associations et mouvements en faveur du droit des femmes.

- Double clause de conscience -

"Je n'ai pas changé d'avis. Des délais supplémentaires ne sont pas neutres sur le traumatisme d'une femme", a dit il y a encore dix jours le chef de l'Etat selon des propos rapportés par Le Figaro alors que le président était en route pour rencontrer le pape au Vatican.

M. Macron avait toutefois laissé une porte entrebâillée en ajoutant: "après, je respecte la liberté des parlementaires".

"Le gouvernement avait demandé un avis de sagesse. Il permet au texte de continuer son cheminement au Parlement", a-t-on relevé dans l'entourage de Christophe Castaner. Le gouvernement ne ferait ainsi ni volte-face, ni un pas de côté par rapport au chemin étroit tracé par Emmanuel Macron.

"Le gouvernement n'est pas sourd aux signaux que lui envoient les députés contrairement à ce qu'on dit souvent", a relevé une source gouvernementale.

Outre les députés LREM, la sortie la semaine dernière du patron des "marcheurs" au Sénat, François Patriat, qui avait refusé d'inscrire le texte dans sa niche parlementaire prévu le 12 janvier, a également dû peser dans la balance.

Le sénateur de Côte d'Or avait déclaré finalement souhaiter que le gouvernement mette à l'ordre du jour de la Haute assemblée la proposition de loi, qui devrait faire l'objet d'un tir de barrage de la part d'une droite majoritaire au Sénat, emmenée par un Bruno Retailleau aux convictions conservatrices solidement ancrées.

Selon des sources parlementaires, le choix par les députés de ne pas supprimer au cours de la deuxième lecture, la double clause de conscience qui permet aux médecins de refuser de pratiquer l'IVG, une disposition controversée initiale du texte à laquelle Olivier Véran n'était d'ailleurs pas favorable, aurait également permis de trouver des arbitrages favorables.

Auteur(s): Par Gregory DANEL - Paris (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Manifestation en défense du droit à l'IVG, le 6 novembre 2010 à Bordeaux

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-