Les tenues de Saint Laurent s'incrustent dans les collections de six musées à Paris

Les tenues de Saint Laurent s'incrustent dans les collections de six musées à Paris

Publié le 26/01/2022 à 19:58 - Mise à jour le 27/01/2022 à 13:02
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Olga NEDBAEVA - Paris (AFP)

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Les robes d'Yves Saint Laurent intègrent les collections permanentes du centre Pompidou, d'Orsay, du Louvre et de trois autres musées à Paris pour une célébration inédite des 60 ans de la maison qui met en lumière le génie artistique du grand couturier.

L'inauguration officielle se fera simultanément dans les six lieux le 29 janvier, date à laquelle Saint Laurent, âgé de 26 ans, avait présenté son premier défilé en 1962. Les expositions se tiendront également aux musées Picasso et d'Art moderne, ainsi qu'au musée Yves Saint Laurent jusqu'au 15 mai.

"La maison a déjà fêté tellement d'anniversaires. (...) Je voulais faire autre chose", a déclaré à l'AFP Madison Cox, président de la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent.

En 1983, les tenues de Saint Laurent sont entrées au Metropolitan Museum de New York, faisant de lui le premier couturier à être exposé de son vivant dans un musée des beaux-arts.

A Paris, une grande rétrospective a été dédiée à son oeuvre au Petit Palais en 2010.

En 2022, "cela aurait été ennuyeux de trouver un espace vide, faire une scénographie quelconque et le meubler avec des vêtements. Il était important de les intégrer dans les collections permanentes", souligne Madison Cox.

- Chasse au trésor -

Au Centre Pompidou, le parcours est indiqué dans un dépliant mais la visite peut devenir une chasse aux trésors: trouver une pièce de Saint Laurent discrètement installée au milieu d'oeuvres avec lesquelles elle dialogue comme la célébrissime robe Mondrian.

"Il y a des dialogues revendiqués explicitement par Saint-Laurent, mais aussi des rapprochements visuels que nous nous sommes permis" comme une robe orange à jupe ample avec des motifs giratoires posée au milieu des peintures cinétiques de Sonia Delaunay, explique à l'AFP Marie Sarré, du service des collections modernes du Centre Pompidou.

Selon elle, cette démarche va amener au musée d'autres publics, tandis que les Parisiens qui viennent surtout pour les expositions temporaires redécouvriront ainsi la collection permanente.

Paysagiste, Madison Cox souhaite montrer à travers ces expositions "d'où viennent les idées" pour les créations intemporelles dont la modernité frappe.

C'est au cœur du Salon de l'horloge au musée d'Orsay que seront exposées des robes créées à l'occasion du Bal Proust pour la Baronne de Rothschild et Jane Birkin.

En revanche, une robe "dont on dirait qu'elle était descendue des +Déjeuner sur l'herbe+" de Manet et Monet ne pourra pas être présentée, la luminosité de la salle étant trop agressive pour un tissu fragile.

Dans la galerie d'Apollon au Louvre, on trouvera le coeur, bijou fétiche que Saint Laurent avait dessiné dans les années 60 et qu'il faisait porter par une de ses muses dans tous ses défilés.

- Pour une femme avec des fesses et des seins -

Tandis que les musées des beaux-arts accueillent les vêtements, celui de mode a fait le choix d'exposer... les dessins d'Yves Saint Laurent qui "s'apprécient en tant que tels".

Avec 350 croquis des modèles que le couturier avait choisis pour son dernier défilé rétrospective en 2002 au Centre Pompidou, "on a d'un regard une vision synthétique de l'oeuvre" du couturier qui était "un dessinateur hors pair", souligne Aurélie Samuel, conservatrice du patrimoine et directrice du musée Yves Saint Laurent.

Une fois validée, la pièce était découpée dans des toiles de coton avant d'être définitivement faite avec un tissu choisi. Parfois, le produit fini ne tombait pas bien.

"La pièce était alors radiée de la collection et du défilé. C'était un artiste: il a fait un premier jet, cela n'a pas marché, on ne refait pas", raconte Aurélie Samuel.

Pendant toute la préparation de la collection qui durait un mois et demi, toutes les toiles ont été retouchées sur une mannequin vivante, "ce qui ne se fait plus aujourd'hui".

"Chaque toile était conçue sur une mannequin qui a des hanches, des fesses, des seins, une femme en fait. Aujourd'hui, les mannequins n'ont pas de formes pour rentrer dans tous les vêtements et être engagées par plus de maisons possibles", selon Aurélie Samuel.

Auteur(s): Par Olga NEDBAEVA - Paris (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une robe d'Yves Saint Laurent exposée au centre Pompidou au milieu de tableaux de Sonia Delauney, le 25 janvier 2022 à Paris

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-