Marche blanche en hommage à Delphine Jubillar, disparue il y a un an

Marche blanche en hommage à Delphine Jubillar, disparue il y a un an

Publié le 19/12/2021 à 16:09 - Mise à jour le 20/12/2021 à 10:26
© FRED SCHEIBER / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Cagnac-les-Mines

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

"On lâche rien". Un an après la disparition de Delphine Jubillar, dont le mari est soupçonné de l'avoir tuée, la colère et l'émotion étaient palpables dimanche à la marche blanche à Cagnac-les-Mines (Tarn) qui a réuni près de 300 proches et anonymes.

"Delphine, Louis, Elyah, Justice et Vérité, On vous aime", pouvait-on lire sur une grande banderole blanche déployée par les amis de l'infirmière de 33 ans, en référence aussi à ses deux enfants.

Face au lac de la petite commune tarnaise, où habitait le couple Jubillar au moment de la disparition dans la nuit du 15 au 16 décembre, les participants à la marche blanche brandissent des photos de Delphine et des rubans blancs.

"Nous sommes ses amies, cousines, sa famille et des inconnus. Nous sommes Delphine, parce que ce qui t'es arrivé aurait pu nous arriver et ne doit plus arriver. Nous sommes toutes avec toi, toutes ces femmes en couple, mariées, qui souhaitent divorcer, toutes celles qui ont peur, qui n'osent pas", déclare au micro Hélène, une de ses amies, peinant à retenir ses sanglots.

A partir de 14H00, et sous un doux soleil d'hiver, des hauts-parleurs diffusent des chansons en hommage à "Delph", et sur les visages, des larmes coulent silencieusement.

"Nous voulons la vérité. Il faut que celui qui a fait du mal parle. Je refuse l'idée qu'on puisse ne pas la retrouver. Delph mérite la vérité. Rendez-nous Delph, on lâche rien", renchérit une autre amie.

- "Juste la vérité" -

La foule, dont des familles avec enfants venues de l'ensemble du département, s'est ensuite dirigée vers l'ancienne maison de Delphine et Cédric.

Des fleurs et des bougies ont été déposées au sol et une minute de silence a été observée.

"Je suis là par solidarité avec les enfants et parce que la même chose pourrait arriver à quelqu'un de ma famille. C'est important de montrer qu'on soutient, qu'on veut la vérité, et qu'on veut retrouver Delphine quoi qu'il en soit", affirme Céline, 43 ans.

"On veut juste connaître la vérité, ce qui s'est passé, éclaircir toute cette histoire", insiste elle aussi Charlène, venue de Carmaux avec ses deux enfants en bas âge.

Pour les parties civiles, la famille et les proches de l’infirmière, Cédric Jubillar, avec qui elle était en instance de divorce et qui avait découvert que sa femme avait un amant, fait figure de suspect numéro un.

Au lendemain de la disparition de Delphine, il avait participé à une battue organisée par les gendarmes. Et le 12 juin à une marche blanche, se tenant loin derrière les amies de son épouse.

Six jours plus tard il avait été interpellé et mis en examen pour homicide volontaire. Il est depuis incarcéré à la maison d'arrêt de Seysses.

Dans cette affaire fortement médiatisée, sans corps, ni aveux ni preuves matérielles, le peintre-plaquiste clame son innocence. Mais la justice met en avant "un faisceau d'indices graves et concordants" à son encontre et estime que les éléments à charge sont suffisants pour justifier son maintien en détention.

Le dernier rebondissement dans l"enquête "qui piétine", selon la défense du mari, remonte au 15 décembre. Un an jour pour jour après la disparition de Delphine, la compagne actuelle de Cédric a été placée en garde à vue. Elle est ressortie le lendemain sans charges retenues contre elle.

Auteur(s): Par AFP - Cagnac-les-Mines

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une marche blanche en mémoire de Delphine Jubillar, disparue il y a un an, à Cagnac-les-mines, le 19 décembre 2021

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-