Martinique: au pont de la Lézarde, les forces de l'ordre face aux barrages

Martinique: au pont de la Lézarde, les forces de l'ordre face aux barrages

Publié le 01/12/2021 à 10:55 - Mise à jour à 14:26
© Alain JOCARD / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Katell PRIGENT - Fort-de-France (AFP)

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

"Ce soir, c'est le pont de la Lézarde": comme tous les jours depuis une semaine, les gendarmes envoyés en renfort en Martinique, sont intervenus mardi soir sur un des nombreux barrages qui bloquent l'île.

Un peu plus tôt, lors d'une conférence de presse, le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, venu rencontrer les syndicats et les élus, avait prévenu: "la liberté de circulation est un enjeu majeur", "un plan de libération des axes va se décliner dans les prochaines heures et les prochains jours".

Trois heures plus tard, un escadron de gendarmerie se dirigeait vers le pont de la Lézarde au Lamentin, à quelques kilomètres à l'est de Fort-de-France, occupé depuis le matin même. Le quartier étant en zone police, un commissaire est embarqué dans l'escadron.

Les occupants du barrage, "savent qu'on arrive. On a deux solutions, soit ils sont déjà partis, soit ils nous attendent et on ne sait pas ce qui peut se passer", confie à l'AFP un gradé qui participe à l'opération.

Le pont est stratégique car il enjambe l'autoroute A1, axe très fréquenté et également bloqué depuis le matin. Des pneus y flambent sur les voies. L'unité d'élite de la police nationale, le Raid, intervient.

Cette fois, les occupants ont choisi la première option: ne restent sur le pont que des amas de pneus qui servaient la journée à filtrer la circulation.

Lors de précédentes interventions en d'autres points, les manifestants avaient choisi de rester sur place et d'affronter les gendarmes, n'hésitant pas à faire rouler une voiture bélier sur eux et même à tirer à balles réelles.

"En quelques jours, en Martinique, plus d'une centaine de coups de feu ont été tirés contre des policiers et des militaires de la gendarmerie", selon M. Lecornu.

- 57 interpellations en Martinique -

La journée, les barrages sont occupés par des grévistes, des syndicalistes, des mères de familles... Le soir, alors que l'île est sous couvre-feu de 19H à 5H, des jeunes occupent la place cédant souvent à la violence.

Né du refus de cette obligation vaccinale pour soignants et pompiers, le mouvement de grogne aux Antilles s'est étendu à des revendications politiques et sociales, notamment contre la vie chère, occasionnant violences, pillages et incendies.

Il a gagné la Martinique où la contestation a débuté le 22 novembre. Comme la Guadeloupe, l'île est placée sous couvre-feu.

Sur le pont de la Lézarde, les 62 hommes et femmes de l'escadron de gendarmerie se déploient et "montent la garde" pour éviter de nouveaux regroupements.

Une entreprise est appelée pour évacuer les pneus et les pompiers pour éteindre les feux sur l'autoroute. Les quelques rares automobilistes sont priés de faire demi-tour.

Des gendarmes accompagnent le Raid dans la cité voisine pour effectuer des vérifications. Quelques balcons d'immeuble sont brièvement éclairés avec des projecteurs des forces de l'ordre.

Il n'y aura pas d'arrestation ce soir dans le secteur du pont de la Lézarde mais depuis le début du conflit en Martinique, 57 personnes ont été interpellées, selon le ministre.

Au pied d'un de ces petites immeubles, sous une pluie battante, une voiture cabossée est aussi évacuée.

Elle n'a pas eu le temps de servir à bloquer la circulation comme sur de nombreux rond-points de l'île, désormais jonchés de carcasses de voitures calcinées.

Un nouvel escadron de gendarmerie doit arriver prochainement de métropole portant à cinq leur nombre en Martinique, comme en Guadeloupe, qui connaît les mêmes tensions sociales.

A ces gendarmes s'ajoutent des renforts du Raid et du GIGN mais aussi des renforts de policiers venus d'autres territoires et notamment de Guyane, a détaillé le ministre.

Auteur(s): Par Katell PRIGENT - Fort-de-France (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La tête du Général de Gaulle qui a été déboulonnée et avec une corde devant un barrage de voitures au Lamentin (Martinique), le 30 novembre 2021

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-