Incohérences et mensonges au procès du meurtre de Mireille Knoll

Incohérences et mensonges au procès du meurtre de Mireille Knoll

Publié le 02/11/2021 à 15:45 - Mise à jour à 22:42
© FRANCOIS GUILLOT / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Anne Sophie LABADIE - Paris (AFP)

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Une épaisseur supplémentaire d'incohérences et de mensonges s'est ajoutée mardi, au procès Mireille Knoll, lors de l'audition du frère de l'un des accusés du meurtre de la vieille dame juive de 85 ans, tuée à coups de couteau à Paris en mars 2018.

Pendant plus de trois heures, les questions du président de la cour et des avocats ont confronté, comme autant de coups de butoir, Mohamed Mihoub aux incohérences des ses déclarations.

Son frère Yacine Mihoub, 32 ans, est accusé avec Alex Carrimbacus, 25 ans, du meurtre de Mireille Knoll, avec les circonstances aggravantes du fait de la vulnérabilité de la victime, malade de Parkinson, et de son appartenance à la communauté juive.

Les deux accusés, aux casiers judiciaires déjà longs, se renvoient la responsabilité du meurtre. Et leurs versions, parfois décousues, ont varié de nombreuses fois.

L'audition comme témoin du frère de Yacine Mihoub n'a pas permis d'y voir plus clair.

De détails capitaux, comme les confidences de Yacine à son frère, jusqu'à ceux incongrus comme cette crêpe au poulet soi-disant achetée la nuit après le meurtre, des zones d'ombre planent sur les déclarations de Mohamed Mihoub.

"Pour une chose aussi simple que celle de savoir si votre frère était avec vous", lors de l'achat de la crêpe, "vous dites le blanc et le noir. Vous cachez aussi le conseil de famille de 45 minutes" cette même nuit, lui reproche Sébastien Journé, avocat de la famille Knoll.

Dans un témoignage entremêlé de pleurs, de "il me semble que" et de "suis désolé", Mohamed Mihoub évoque la violence de Yacine, de sept ans son cadet, sa tendance à mentir. "Jusqu'à quel degré il peut aller dans le mensonge, je ne peux pas le dire", concède-t-il.

Poussé par les avocats des parties civile, il lâche aussi: "les doutes, j'en aurai toujours tant qu'on saura pas qui a fait quoi". Des doutes amplifiés par les accusations d'attouchement sexuel faites en avril 2018 par l'un des fils de sa compagne à l'encontre de Yacine Mihoub.

A force de questions, il reconnaît aussi avoir menti lors de sa première déposition pour "minimiser" l'implication de son frère.

- "Rumination antisémite" -

Le 23 mars 2018, les pompiers avaient découvert dans le modeste appartement de Mireille Knoll son corps partiellement carbonisé. Cette femme très frêle, qui ne pouvait se déplacer seule, avait été frappée de 11 coups de couteau.

Devant la cour, l'un des fils de la victime, Alain Knoll, a expliqué mardi n'avoir aucun doute sur le fait que sa mère avait été tuée parce que juive.

Le jour du meurtre, Alain Knoll est celui qui fait entrer dans l'appartement de sa mère Yacine Mihoub, dont la mère vit dans le même immeuble modeste de l'est parisien.

Ce fils de la voisine lui explique qu'il "vient de sortir de prison", ayant en fait été libéré en novembre 2017 après une condamnation pour agression sexuelle sur mineure.

Alain Knoll, comme il le raconte à la barre, ressent vite un "malaise" à voir cet homme "pas agressif" mais "sans gêne" qui prend un verre et se sert du Porto.

Le fils doit partir pour des rendez-vous, laissant M. Mihoub avec sa mère qui "ne voyait nulle part le mal". "Elle ne s'attendait pas à ce que celui qu'elle protégeait depuis des années devienne son bourreau", dit-il, droit à la barre.

Le drame, survenu un an après le meurtre de Sarah Halimi, une sexuagénaire juive jetée de son balcon, avait provoqué une vive émotion et relancé le débat sur un "nouvel antisémitisme".

"Pourquoi qualifier ce crime d'antisémite?", interroge un avocat de M. Mihoub, Charles Consigny, si ce n'est que le parquet a retenu cette qualification?

Au début, Alain Knoll et son frère ont pensé à "un crime crapuleux", répond le témoin. Mais au vu de "la violence des coups de couteaux, (...) j'en conclus qu'ils se sont payé une +youpine+ et qu'ils l'ont massacrée", tranche Alain Knoll.

Il cite aussi, pour la première fois, des bribes de conversation qu'il dit avoir entendues ce 23 mars 2018 entre sa mère et M. Mihoub. Elles concernent l'extrême droite et des "Juifs qui sont des privilégiés", assure-t-il.

Mais l'avocat de M. Mihoub lui rappelle qu'il n'en a pas parlé aux enquêteurs après le meurtre: "à aucun moment vous n'indiquez cette discussion", lui lance fermement Fabrice de Korodi Katona, qui dénonce une "rumination antisémite" attribuée à son client.

Le procès doit durer jusqu'au 10 novembre.

Auteur(s): Par Anne Sophie LABADIE - Paris (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une photo de Mireille Knoll accrochée en sa mémoire sur le portail de l'immeuble où elle habitait, le 28 mars 2018 à Paris

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-