Mort à 103 ans du doyen de l'Académie française René de Obaldia

Mort à 103 ans du doyen de l'Académie française René de Obaldia

Publié le 27/01/2022 à 16:28 - Mise à jour à 18:48
© ALAIN JOCARD / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Hugues HONORÉ - Paris (AFP)

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

L'écrivain, poète et dramaturge René de Obaldia est mort jeudi à l'âge de 103 ans, a annoncé l'Académie française dont il était le doyen, membre depuis 1999.

Né en 1918 à Hong Kong, il était poète et dramaturge, et avait publié peu avant d'atteindre ses 100 ans "Perles de vie" (éditions Grasset), où il relevait le proverbe: "Pour devenir centenaire, il faut commencer jeune".

"Le Secrétaire perpétuel et les membres de l'Académie française ont la tristesse de faire part de la disparition de leur confrère, M. René de Obaldia, décédé le 27 janvier à Paris", a écrit l'institution sur son site internet.

Les circonstances du décès ne sont pas connues.

"Notre merveilleux centenaire toujours alerte vient de nous quitter. C'est une immense perte pour l'Académie et une peine infinie pour moi", a déclaré à l'AFP la secrétaire perpétuelle Hélène Carrère d'Encausse.

L'écrivain Philippe Labro a salué sur Twitter "la finesse, la culture, la sagesse, le sens aigu de la relativité, la poésie, les maximes et aphorismes, le goût de la conversation, le charme indéfinissable de celui qui a aimé, a vécu, a compris".

Fils d'une Française et d'un Panaméen, diplomate dans la cité chinoise sous contrôle britannique, il n'a pas connu son père, que sa mère a rapidement quitté après sa naissance pour rentrer en France.

Il a grandi à Amiens, dans la région de sa mère, puis à Paris, où il a très tôt démontré ses aptitudes littéraires.

Prisonnier pendant la Seconde Guerre mondiale, il devient ensuite un écrivain touche-à-tout, d'un humour mordant, cultivant le détachement.

Lors de son discours de réception à l'Académie en 2000, il s'avouait "souvent en porte-à-faux avec la réalité; une réalité pour laquelle, je vous l'avoue, je nourris une forte suspicion".

- "Ce côté dérisoire" -

"J'ai toujours eu en moi ce côté dérisoire, qui m'a permis de mettre certaines choses à distance", déclarait René de Obaldia à L'Express en 2009.

En 1959 par exemple, il publie "Le Centenaire", long monologue romanesque d'un vieillard (même pas centenaire) qui ressasse une multitude de souvenirs.

Il fut l'un des grands dramaturges des années 1960 et 1970. Son œuvre lui a valu une renommée mondiale, avec des pièces comme "Du vent dans les branches de sassafras", "Monsieur Klebs et Rozalie" ou "La Rue Obaldia".

Politiquement, il s'engagea en 1978 contre le bloc communiste lors de la création du Comité des intellectuels pour l'Europe des libertés, aux côtés d'autres écrivains, d'artistes et d'intellectuels, derrière le philosophe Raymond Aron. Mais il restait discret sur ses opinions.

Dans son introduction à "Perles de vie", il se félicitait d'une "existence riche en métamorphoses: poèmes, romans, théâtre, mémoires".

Il avait alors fait une apparition télévisée à l'émission La Grande Librairie, toujours l'esprit vif. Avec le grand âge, plaisantait-il, "on peut faire des conneries, et on nous excuse tout parce qu'on dit: il est complètement gâteux".

La mort de René de Obaldia laisse vacants six des 40 sièges à l'Académie française. L'un d'eux doit être pourvu lors d'une élection prévue le 17 février.

L'Académie, qui a élu en son sein en novembre Mario Vargas Llosa, 85 ans, alors que cet écrivain péruviano-espagnol avait dépassé de dix ans l'âge limite, éprouve des difficultés notoires à attribuer ces sièges, faute de candidatures de valeur.

Auteur(s): Par Hugues HONORÉ - Paris (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'écrivain et académicien René de Obaldia, le 27 août 2006 à Chanceaux-près-Loches

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-