Présidentielle: Maréchal et la primaire agitent à l'extrême droite et à gauche

Présidentielle: Maréchal et la primaire agitent à l'extrême droite et à gauche

Publié le 28/01/2022 à 11:30 - Mise à jour à 13:22
© Ludovic MARIN / POOL/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Gaëlle GEOFFROY - Paris (AFP)

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

La primaire populaire d'un côté, éventuel ralliement de Marion Maréchal à Eric Zemmour: les candidats de gauche et d'extrême droite attendent chacun un vote ou une décision qui pourrait marquer un tournant dans leurs campagnes respectives.

Les questions internationales rattrapent aussi les débats vendredi.

Le quasi candidat Emmanuel Macron, toujours pas déclaré mais en tête dans les sondages, doit s'entretenir vendredi avec Vladimir Poutine alors que les Etats-Unis mettent la pression sur le président russe en le menaçant de faire du gazoduc Nord Stream 2, entre la Russie et l'Allemagne, un projet mort-né en cas d'invasion de l'Ukraine.

Nul doute que le dossier russo-américano-ukrainien sera également abordé à Madrid, où la candidate du RN Marine Le Pen rencontre vendredi et samedi les Premiers ministres hongrois Viktor Orban et polonais Mateusz Morawiecki, ainsi qu'une dizaine d'autres responsables souverainistes d'extrême droite et conservateurs européens.

Son rival d'extrême droite Eric Zemmour continue lui de battre la campagne vendredi, à la rencontre d'agriculteurs avant un meeting dans le Loir-et-Cher, fief de l'ex-numéro deux de LR Guillaume Peltier qui l'a rallié début janvier, avant les eurodéputés issus du RN Jérôme Rivière et Gilbert Collard.

L'ex-députée Marion Maréchal, nièce de Marine Le Pen, ralliera, ralliera pas Eric Zemmour ?

Si elle loue le fait qu'il "a fait beaucoup de progrès dans la posture, le ton, la gravité", elle dit ne pas avoir "envie de recréer des fractures familiales" au sein de la famille Le Pen.

"C’est brutal, c’est violent, c’est difficile pour moi", a réagi Marine Le Pen vendredi sur Cnews, en soulignant son "histoire particulière" avec sa nièce.

Mais aussi son "incompréhension politique", parce que Marion Maréchal a toujours "indiqué qu’elle soutiendrait celui qui est le mieux placé", rappelle Marine Le Pen, en soulignant son avance de plusieurs points dans les sondages sur Eric Zemmour, au coude-à-coude avec la candidate LR Valérie Pécresse.

- Dynamique ou revers pour Taubira -

A gauche, le candidat LFI Jean-Luc Mélenchon, premier dans les sondages d'une gauche fracturée, à 9-10%, a de nouveau débattu jeudi soir sur C8 avec Eric Zemmour. "Créolisation" contre "grand remplacement": deux visions se sont affrontées.

Le leader de LFI, comme les candidats écologistes Yannick Jadot et socialiste Anne Hidalgo, refuse de participer à la primaire populaire, vote citoyen lancé jeudi, jusqu'à 17H00 dimanche.

A l'inverse, l'ex-garde des Sceaux Christiane Taubira, donnée favorite et qui a fait son premier meeting jeudi soir à Bordeaux, en reconnaîtra l'issue, qui aura des répercussions sur la famille de la gauche.

Vendredi matin, plus de 30% des 467.000 personnes inscrits avaient voté, selon les organisateurs.

Si un bon score pourrait conforter la dernière venue à gauche, un échec de Christiane Taubira poserait la question de son retrait de la course, l'ancienne ministre ayant toujours affirmé qu'elle ne souhaitait pas être qu'"une candidature de plus".

- Rebond de la croissance -

En attendant l'issue, Anne Hidalgo est vendredi au Salon Outre-Mer à Paris, et Yannick Jadot a publié son programme jeudi soir.

Entre autres: arrêt de 10 réacteurs nucléaires d'ici 2035, 6.000 nouvelles éoliennes, "ISF climatique", construction de 700.000 logements sociaux, mais aussi Smic à 1.500 euros nets en 2027 et négociations salariales par branche.

Si le gouvernement s'est réjoui d'une croissance record de 7% en 2021, Yannick Jadot a critiqué sur France Info une croissance "inégalement répartie" et qui "ne permet pas de lutter contre les défis" climatique et de "justice sociale", au lendemain de manifestations en France pour la hausse des salaires.

"Méfions-nous de ces chiffres", a aussi réagi le député LFI Alexis Corbière sur Public Sénat, car il y a aussi "un million supplémentaire de nos concitoyens qui sont passés sous le seuil de pauvreté".

La droite n'est pas en reste sur ces thématiques économiques et sociales.

La candidate LR Valérie Pécresse, qui avait ces derniers mois proposé d'augmenter de 10% les salaires nets du privé allant jusqu'à 2,2 Smic, est en train d'en retravailler les modalités.

Elle est attendue vendredi au centre hospitalier d'Oyonnax (Ain).

Auteur(s): Par Gaëlle GEOFFROY - Paris (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le président Emmanuel Macron, le 26 janvier 2022 à l'Elysée, à Paris

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-