Réparation de l'esclavage par la France: nouveau revers pour des associations martiniquaises

Réparation de l'esclavage par la France: nouveau revers pour des associations martiniquaises

Publié le 28/01/2022 à 03:38 - Mise à jour à 10:12
© Lionel CHAMOISEAU / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Fort-de-France

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

La Cour d'appel de Fort-de-France a rejeté mardi la demande de deux associations de descendants d'esclaves concernant la recherche de charniers où des milliers d'esclaves auraient été enterrés en Martinique, aux abords des plantations.

Elle a rejeté la demande émanant du Mouvement international pour les réparations (MIR) et du Comité national pour les réparations Martinique (CNP), confirmant le jugement de première instance et invoquant la prescription des faits.

Les associations avaient saisi la justice dans le cadre de la réparation des crimes de la traite et de l'esclavage pour "qu'une expertise soit ordonnée, avec comme (...) mission de retrouver les fosses communes qui sont essaimées sur le territoire de la Martinique où les corps des esclaves assassinés ont été jetés et oubliés depuis plus de deux siècles et demi", explique la Cour d'appel dans un arrêt du 25 janvier consulté par l'AFP.

La procédure avait été initiée en février 2020 par le MIR qui milite pour l'indemnisation des descendants d'esclaves dans les Antilles et en Guyane.

L'objectif de cette démarche est double: étayer la condamnation de l'Etat français pour son rôle dans l'esclavage, et faire de ces charniers des lieux de sépultures et de mémoire.

Selon l'un des avocats du MIR, Me Alain Manville, interrogé par l'AFP, "la cour commet une erreur sur l'objet de la procédure, qui n'est pas la réparation en elle-même, mais le droit à la sépulture".

Et d'insister sur le caractère symbolique que représenterait une telle mesure: "Ces gens (...) ont été les premiers résistants à l'esclavage, et devraient être honorés face à la société totalitaire colonialiste dans les plantations".

"On va continuer, on va saisir la Cour de cassation, et la CEDH, le combat continue", a-t-il assuré.

Garcin Malsa, président du MIR et du CNP Martinique, a affirmé ne pas être surpris par cette décision, tout en restant déterminé: "Nous exigeons un droit à la sépulture, nous exigeons que nos ancêtres aient un lieu quelque part en Martinique où nous puissions (nous recueillir)".

Cette procédure n'est pas la première initiée par le MIR. Après le vote de la loi Taubira du 21 mai 2001, reconnaissant la traite négrière et l'esclavage comme crime contre l'humanité, plusieurs associations des Antilles ont entamé des démarches judiciaires de réparation contre l'Etat, sans succès.

Auteur(s): Par AFP - Fort-de-France

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Des fers d'esclaves au musée de La Pagerie, le 26 avril 2021 aux Trois-Ilets, en Martinique

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-