Sarkozy annonce son soutien à Macron et plaide pour le rassemblement

Auteur:
 
Par AFP - Paris
Publié le 12 avril 2022 - 12:00
Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse)
Image
L'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy, Calais le 22 septembre 2021
Crédits
© FRANCOIS LO PRESTI / AFP/Archives
L'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy, Calais le 22 septembre 2021
© FRANCOIS LO PRESTI / AFP/Archives

L'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy a annoncé mardi qu'il voterait pour Emmanuel Macron qui est, selon lui "le seul en situation d’agir" et a plaidé pour répondre au rassemblement voulu par le président-candidat.

"Je voterai pour Emmanuel Macron", affirme sur Facebook l'ancien chef de l'Etat, qui n'avait pas soutenu au premier tour la candidate LR Valérie Pécresse au grand dam du parti qu'il avait créé.

"Je le remercie de sa confiance et de son soutien", "ça m'honore et ça m'oblige", a réagi mardi midi Emmanuel Macron, lors d'un déplacement à Mulhouse, en disant penser "qu'il faut rassembler très largement".

Dans son message, Nicolas Sarkozy invoque "la fidélité aux valeurs de la droite républicaine" et "la valorisation du travail" par le président sortant.

Cette fidélité aux valeurs de droite et "à notre culture de gouvernement" "doit nous conduire à répondre à l’appel au rassemblement d’Emmanuel Macron en vue de l’élection présidentielle", a-t-il encore ajouté.

L'ancien président justifie son soutien par le fait que le président candidat "a l’expérience nécessaire face à une grave crise internationale plus complexe que jamais" et que "son projet économique met la valorisation du travail au centre de toutes ses priorités".

Enfin "son engagement européen est clair et sans ambiguïté", ajoute-t-il. Soulignant que "l'intérêt de la France doit être notre seul guide", il affirme qu'"on ne se trompe jamais en choisissant la clarté et la constance".

Il affirme également qu'"une nouvelle époque s'annonce", qui "nécessitera des changements profonds".

"Il faudra sortir des habitudes et des réflexes partisans. Le contexte international et la situation financière sont graves et imposeront des décisions difficiles et urgentes. Ils exigeront des choix qui engageront la France pour les cinq années à venir", ajoute l'ancien chef de l'Etat.