Brésil: les sénateurs destituent la présidente Dilma Rousseff

Brésil: les sénateurs destituent la présidente Dilma Rousseff

Publié le 31/08/2016 à 19:33 - Mise à jour à 19:36
©Jewel Samad/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

A 61 voix contre 20, les sénateurs brésiliens ont destitué la présidente Dilma Rousseff ce mercredi. Ils l'accusent d'avoir maquillé les comptes publics pour camoufler l'ampleur du déficit ainsi que l'approbation de trois décrets engageant des dépenses sans le feu vert du Parlement. Le chef de l'opposition de droite Michel Temer lui succède.

Ils l'accusent d'avoir commis "un crime de responsabilité". A 61 voix contre 20, les sénateurs brésiliens ont destitué Dilma Rousseff de son poste de présidente ce mercredi 31 au terme d'une procédure juridico-politique hautement controversée. D'après les parlementaires, elle aurait  maquillé les comptes publics pour camoufler l'ampleur du déficit ainsi que l'approbation de trois décrets engageant des dépenses sans le feu vert du Parlement. L'incriminée a immédiatement dénoncé un coup d'Etat orchestré par le chef de l'opposition de droite, Michel Temer, qui lui succèdera jusqu'au terme prévu de son mandat présidentiel en 2018.

Tout aussi impopulaire que sa rivale (son nom a été cité à plusieurs reprises dans le scandale de corruption autour du groupe pétrolier Petrobras), l'homme de 75 ans exerce déjà la présidence intérimaire depuis la suspension de Dilma Rousseff le 12 mai par le Sénat. Il prêtera serment mercredi 7 septembre avant de s'envoler pour la Chine où il participera à un sommet du G20 et tentera de redorer l'image du Brésil, englué depuis la réélection de Rousseff fin 2014 dans une crise politique et économique historique.

Avec la destitution de sa présidente, le Brésil tourne la page de treize ans de gouvernement du Parti des travailleurs (PT, gauche) instauré en 2003 par Luiz Inácio Lula da Silva. A cette époque, 29 millions de Brésiliens étaient sortis de la misère grâce à un "miracle" socio-économique. Ce dernier avait été suivi d'un brutal retournement de situation. 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Dilma Rousseff dénonce un "coup d'état" de la part de l'opposition.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-