Creuse: un huissier et des gendarmes viennent l'expulser, il ouvre le feu

Creuse: un huissier et des gendarmes viennent l'expulser, il ouvre le feu

Publié le 26/10/2016 à 15:03 - Mise à jour à 15:09
©Salom-Gomis Sebastien/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Une expulsion dans la Creuse a mal tourné. Le marginal qui devait libérer les lieux avant la trêve hivernale a décidé de répondre par la manière forte.

Les expulsions sont naturellement un moment de tension –d’où la présence en général de membres des forces de l’ordre– mais celle qui s'est déroulée dans la Creuse ce mercredi 26 au matin a dégénéré en fusillade. Et si le bilan final ne compte pas de victime mortellement touchée –cinq personnes ont tout de même été blessées– il s’en est fallu de peu que l’expulsion tourne au massacre.

Un marginal résidant depuis plusieurs années dans la petite commune d’à peine 1.000 habitants de Bussière-Dunoise se voyait signifier son renvoi du logement dont il était le locataire au lieu-dit de Langledure. Il n’était d’ailleurs plus question de retarder la procédure puisqu’à partir du 1er novembre, la trêve hivernale interdira toute expulsion de particuliers.

Mais l’homme, âgé d’une cinquantaine d’années, n’était visiblement pas disposé à accepter la décision. Lorsque les gendarmes et l’huissiers se sont présentés au futur ex-domicile de l’individu, ce dernier a ouvert le feu. Ses tirs ont blessé deux gendarmes, l’huissier de justice et deux voisins qui n’avaient a priori aucun rapport avec l’expulsion.

Le marginal a ensuite été arrêté et placé en garde à vue. Les cinq victimes ont été hospitalisées à l’hopital de Guéret et leurs jours ne sont pas en danger.

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a adressé dans un communiqué"son entier soutien aux deux gendarmes blessés", rappelant au passage "sa profonde gratitude à l’égard des représentants des forces de l’ordre".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Deux gendarmes ont notamment été blessés.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-