Attentat contre "Charlie": un an après, C215 sème la mémoire dans Paris

Attentat contre "Charlie": un an après, C215 sème la mémoire dans Paris

Publié le 15/01/2016 à 15:50 - Mise à jour à 16:01
©Joel Saget/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Cabu, Charb, Ahmed Merabet... l'artiste C215, connu et reconnu pour ses pochoirs, parcours les rues de Paris pour rendre hommage aux victimes des attentats de janvier 2015. A tel point que, quand les policiers lui courent après désormais, c'est pour prendre un selfie avec lui.

La coupe au bol mange des lunettes cerclées abritant de doux yeux rêveurs: voilà Cabu ressuscité à coups de spray. Au pied de l'ancien siège de Charlie Hebdo attaqué par les frères Kouachi, le célèbre pochoiriste C215 range ses bombes: "allez, on dégage!".

Une plaisanterie: depuis une semaine, "toutes les patrouilles de l'arrondissement savent qui je suis", s'amuse Christian Guémy, son nom à la ville. C'est sur ce même mur qu'il a posé à l'aube, quelques jours plus tôt, un pochoir de Charb.

La barbe mal taillée et ses mains encore fraîches de peinture, C215 voit deux policiers en civil fondre sur lui... pour prendre un selfie. "Merci pour tout, ce que vous avez fait pour Ahmed, ça nous a tous beaucoup touchés, continuez", lui glissent-ils.

A quelques rues, le sourire bleu-blanc-rouge d'Ahmed Merabet, le policier froidement exécuté par les frères Kouachi, s'est posé sur un boitier électrique du Boulevard Richard-Lenoir. Une commande de ses collègues auprès de l'artiste, réalisée à la veille de la journée de commémoration des attentats contre Charlie Hebdo. "Un moment extrêmement intense", se souvient Christian Guémy, "très fier d'avoir été choisi" mais "écrasé par la responsabilité du portrait" accompli devant "la maman effondrée".

"Ahmed, c'est un symbole très fort. C'est un enfant de l'immigration, qui a grandi en banlieue, né musulman et qui a endossé un uniforme républicain pour sacrifier sa vie en allant au devant des terroristes", admire le pochoiriste.

L'émotion passée, il sourit quand même de "(s)'être retrouvé entouré par plusieurs dizaines de policiers, sans qu'aucun ne vienne contrôler (son) identité!".

C'est dans son atelier-domicile d'Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) qu'il a scalpé avec la minutie d'un chirurgien sa série de portraits. Des brouillons traînent encore entre ses célèbres pochoirs de chats ou de clochards, qui l'ont fait connaître au grand public et ont fait grimper sa cote dans les plus grandes salles de vente.

Dix ans après des débuts tardifs à 32 ans -des portraits de sa fille dont il était éloigné-, ses pièces s'arrachent entre 2.000 et 10.000 euros. "Je suis à l'abri de la précarité économique et artistique", assure cet historien de formation, à ceux qui le soupçonneraient de faire "de l'autopromotion sur la commémoration".

Dans la foulée des attentats de janvier 2015, les hommages sous forme de tags, graffitis et pochoirs ont inondé les rues de Paris. Lui a préféré attendre: "je ne suis pas à l'aise avec le fait de faire le portrait de quelqu'un qui vient de décéder, j'ai un problème avec la nécrologie immédiate". A l'époque, il se contente de réaliser une série de 500 pochoirs "Je suis Charlie" qu'il distribue sans signature aux Parisiens "pour qu'ils manifestent eux-mêmes leur adhésion à la liberté d'expression", en les disséminant dans la capitale.

Un an après, son constat est amer: "l'émotion s'est dissipée, on est passé à autre chose, surtout que d'autres malheurs sont survenus". "Sensible à la mémoire", il conçoit sa série de pochoirs comme "un devoir de sauvegarde de toutes les valeurs et les émotions qu'on aurait tendance à oublier".

La série pourrait s'enrichir de nouveaux portraits "notamment d'autres Charb un peu partout dans Paris, dans les lieux qu'il aimait et qu'il fréquentait", annonce ce "catholique et laïc", "fan du militantisme anti-fondamentaliste" du caricaturiste. "Mais je ne compte pas endosser le costume de Robin des Bois des causes justes", prévient celui qui aime se présenter comme "un pov' type qui cherche avant tout à se marrer".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"L'émotion s'est dissipée, on est passé à autre chose" depuis les attentats de janvier 2015, déplore l'artiste C215.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-