Des militants contre le "blackface" empêchent une pièce à la Sorbonne

Des militants contre le "blackface" empêchent une pièce à la Sorbonne

Publié le 27/03/2019 à 15:55 - Mise à jour à 16:17
© JOEL SAGET / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Quelques dizaines de militants ont empêché lundi 25 la tenue de la pièce Les Suppliantes, qui devait être jouée à la Sorbonne, relançant la polémique sur le "blackface". Certains acteurs devaient en effet à l'origine jouer avec le corps peint pour incarner des personnages africains.

Une opération visant à censurer la représentation des Suppliantes d'Eschyle a eu lieu lundi à la Sorbonne, contraignant l'université à annuler la représentation. Des militants de la Ligue de défense noire africaine (LDNA), de la Brigade anti-négrophobie, et du Conseil représentatif des associations noires (Cran) accusaient la pièce de racisme ou de "racialisation".

Ces associations ont en effet jugé que la mise en scène recourait au "blackface", c'est à dire au fait pour des acteurs blancs de se peindre le visage pour incarner des personnages noirs. En l'occurrence, certains acteurs et notamment ceux incarnant les Danaïdes (originaires d'Egypte selon la légende) devaient jouer en portant un maquillage cuivré.

Après des appels au boycott, une cinquantaine de militants sont donc venus s'interposer lundi soir. Le metteur en scène avait proposé de remplacer le maquillage par des simples masques dans l'esprit du théâtre grec antique, mais cela n'a pas suffit à calmer les esprits et la représentation a donc finalement dû être annulée.

Voir: Au carnaval de Dunkerque, la polémique autour du groupe des "Noirs" incomprise

Aujourd'hui très marginale et depuis longtemps indésirable, le "blackface" remonte aux "minstrel shows" nés dans la première partie du 19ème siècle. Des spectacles pendant lesquels des Blancs se noircissaient le visage pour jouer des Noirs toujours présentés comme naïfs, ignorants, paresseux et souvent affublés de caractéristiques animales.

Pour certains militants de l'identité noire, le simple fait de grimer des acteurs blancs en Noirs revêt ainsi un caractère parodique ou insultant, ce dont se défend fermement le metteur en scène Philippe Brunet. "C’était un parti pris de Philippe Brunet de baser sa mise en scène essentiellement sur des pratiques théâtrales antiques, dont celle-ci", a-t-il expliqué au Figaro.

La LDNA s'est de son côté félicitée de sa "victoire durant la "bataille de la Sorbonne contre les amateurs de blackface", tout en dénonçant une pratique qui ferait de "nombreuses victimes; en particulier nos jeunes filles et nos femmes qui en arrivent à tenter à se dépigmenter la peau à l’eau de javel, ou pire avec des produits cancérigènes qui entraînent la mort de mamans qui laissent de très nombreux orphelins".

Lire aussi:

Le déguisement de basketteur noir d'Antoine Griezmann ne passe pas (photo)

Aux Etats-Unis, le "blackface" déchaîne toujours les passions

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Quelques dizaines de militants ont empêché lundi 25 la tenue de la pièce Les Suppliantes relançant la polémique sur le "blackface".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-