Fresque de street art jugée "anti-police": le maire de Grenoble invoque la liberté d'expression

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Fresque de street art jugée "anti-police": le maire de Grenoble invoque la liberté d'expression

Publié le 27/06/2016 à 13:32 - Mise à jour à 13:40
©Philippe Desmazes/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Le maire de Grenoble Eric Piolle (EELV) a invoqué la liberté d'expression ce lundi pour défendre une oeuvre de street art jugée "anti-police". La fresque, due à l'artiste Goin, représente une femme à terre, tenant un drapeau bleu-blanc-rouge effiloché, frappée par deux policiers en tenue anti-émeute, dont l'un tient un bouclier sur lequel est écrit "49-3". Elle a été réalisée dans le cadre d'un festival subventionné par la municipalité.

Le maire de Grenoble Éric Piolle (EELV) a invoqué ce lundi 27 la liberté d'expression après la polémique suscitée par une œuvre d'art urbain jugée "anti-police" et réalisée dans le cadre d'un festival subventionné par la municipalité. "On comprend bien sûr l'émoi de la police. Mais comprendre cet émoi ne veut pas dire s'asseoir sur les textes fondateurs de la République", a souligné M. Piolle. "La liberté d'expression fait partie des bases fondamentales de la République. C'est ce que nous défendons tous et ce que la police a défendu après les attentats contre Charlie Hebdo", a-t-il ajouté, en refusant de commenter l’œuvre en elle-même.

Due à l'artiste Goin, cette fresque représente une femme à terre, tenant un drapeau bleu-blanc-rouge effiloché, frappée par deux policiers en tenue anti-émeute, dont l'un tient un bouclier sur lequel est écrit "49-3". Elle a suscité de nombreuses condamnations de parlementaires de droite comme de gauche, qui en ont demandé le retrait. "Plein soutien aux policiers qui protègent chaque jour les Grenoblois", a même réagi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve dans un tweet, en estimant que ces derniers attendaient du maire "qu'il leur dise ses regrets". "Il faut que le ministre de l'Intérieur fasse la liste des œuvres autorisées ou non", a commenté M. Piolle, en disant regretter que les élus réclament un "droit de censure, 18 mois après Charlie".

L’œuvre, réalisée dans le cadre du Grenoble Street Art Fest, qui a rassemblée 45 artistes pendant trois semaines, doit de toute façon être détruite "la semaine prochaine" dans le cadre de travaux de réaménagement de la gare prévus de longue date, selon Éric Piolle. Une vingtaine de fresques de ce type ont été peintes dans le cadre de ce festival subventionné à hauteur de 25.000 euros par la mairie.

"Ce n'est pas une commande publique de la mairie", a cependant précisé le maire, en parlant d'un "festival indépendant" sur lequel "nous ne voulons pas avoir de droit de regard". L'organisateur du festival, Jérôme Catz, a indiqué à l'AFP que l'artiste Goin avait titré l’œuvre L’État matraquant la liberté pour "montrer qu'il n'avait rien contre les policiers en tant qu'individus". Cette fresque, conçue il y a six mois, "est une allégorie de l’État", a-t-il souligné.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Cette fresque "est une allégorie de l’État", assure l'organisateur du festival.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-