L'ancien producteur de Coluche condamné à verser 400.000 euros aux héritiers de l'humoriste

L'ancien producteur de Coluche condamné à verser 400.000 euros aux héritiers de l'humoriste

Publié le 15/02/2017 à 16:27 - Mise à jour à 16:43
©AFP Photos
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Les deux enfants de Coluche ont obtenu mardi de l'ancien producteur de leur père le versement de vingt ans d'arriérés de redevance sur une douzaine de sketches. L'ex-femme de l'artiste avait en effet passé un accord de cession de droits sur l'oeuvre de son ancien époux que les enfants contestaient.

C'est un combat judiciaire qui durait depuis presque 20 ans. Marius et Romain Colucci, les deux enfants de l'humoriste Michel Colucci, alias Coluche, viennent de remporter un bras de fer contre le producteur Paul Lederman. Ce dernier a en effet été condamné mardi 14 par la cour d'appel de Paris à verser pas moins de 400.000 euros d'arriérés de redevance aux héritiers de la star morte en 1986.

Tout commence en 1988, deux ans après le décès de Michel Colucci dans un accident de la circulation. Paul Lederman commence à exploiter une série de 21 sketches parmi les plus connus de l'humoriste, comme C'est l'histoire d'un mec sur le pont de l'Alma, le CRS arabe ou Gugusse, dont il annonce que Véronique Kantor, l'épouse de Coluche jusqu'en 1981, a cédé les droits en 1988.

Les deux enfants estiment au contraire que ces droits correspondaient à un héritage –d'autant que certains ont été enregistrés après le divorce de Véronique et Michel Colucci– et que l'utilisation commerciale de ces éléments de l'œuvre de leur père générait des droits qui devaient leur être reversés.

Les enfants Colucci ont porté l'affaire devant les tribunaux en 1998, et le procès en première instance a eu lieu il y a déjà sept ans, avant, enfin, que la cour d'appel ne reconaisse leurs droits.

Mais la victoire judiciaire est une semi-déception pour les deux héritiers de Coluche. Seuls 12 sketches sur les 21 ont été reconnus comme étant effectivement leur héritage, et n'étant pas concernés par la transaction de 1988. Marius et Romain Colucci demandaient d'ailleurs pas moins de 2 millions d'euros. Le producteur Paul Lederman a d'ailleurs fait part de sa satisfaction concernant le jugement, puisqu'il garde les droits sur quelques morceaux emblématiques comme Le flic, Le Schmil­­blick, L'auto-stop­peur, L'ancien combat­­tant ou encore Tel père, tel fils.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Il aura fallu presque vingt ans de procédure judiciaire pour que l'affaire soit finalement tranchée définitivement.

Newsletter


Fil d'actualités Vidéos




Commentaires

-