Luz absent d'Angoulême: "je ne suis libre que lorsque je dessine"

Luz absent d'Angoulême: "je ne suis libre que lorsque je dessine"

Publié le 27/01/2017 à 10:19 - Mise à jour à 10:23
©François Guillot/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

L'ancien dessinateur de "Charlie Hebdo" Luz a décidé de ne pas se rendre au festival de la bande dessinée d'Angoulème, jugeant ne pouvoir rencontré ses lecteurs "entouré d'une nuée de flics".

"Je n'irai pas à Angoulême", où a débuté jeudi le 44e festival international de la bande dessinée, confie le dessinateur Luz, un survivant de la tuerie de Charlie Hebdo, n'imaginant pas rencontrer ses lecteurs entouré des policiers qui continuent de le protéger.

"Aller à Angoulême entouré d'une nuée de flics, ce n'est pas possible. Je ne me sentirais pas bien. Ça serait mentir aux lecteurs en leur disant: +Je suis un auteur libre+", explique Luz, en accueillant l'AFP chez son éditeur, Glénat, près de Paris, à l'occasion de la sortie de Puppy, histoire d'un chiot revenu d'entre les morts.

En fait, ajoute Luz, "je ne suis absolument libre que chez moi lorsque je dessine". Plus de deux ans après l'attentat qui a coûté la vie à plusieurs de ses amis, parmi lesquels Charb et Cabu, le dessinateur, âgé de 45 ans, vit toujours sous la protection de la police. Toute la vie quotidienne est devenue effroyablement compliquée. Chaque semaine, Luz doit détailler son agenda aux policiers chargés de sa protection. Aucune sortie impromptue n'est possible.

Deux voitures banalisées de la police, avec leur chauffeur à l'intérieur, sont garées devant l'entrée de l'immeuble où siège sa maison d'édition. Dans le hall d'accueil, deux agents en civil sont présents. Avant la venue de Luz, les locaux ont été minutieusement inspectés par un agent spécialisé, raconte son éditeur. "Ça s'améliorera peut-être", veut croire le dessinateur.

Puppy, une BD sans parole, en noir et blanc dont le héros est un petit chien zombie, est un livre qui devra "se défendre par lui-même". Pas de séances de dédicaces, pas de rencontres prévues avec les lecteurs.

"J'ai fait quelques dédicaces au Musée d'art et d'histoire du judaïsme (au moment de la sortie l'an dernier de Ô vous frères humains, d'après l'œuvre d'Albert Cohen, NDLR) le soir d'un vernissage", se souvient l'auteur à la vie bouleversée.

"C'était super, c'était génial", dit-il avec nostalgie. "Ça me manque de ne plus pouvoir dessiner des bêtises sur les couvertures, de discuter avec les lecteurs et de partager", ajoute-t-il en souriant tristement. Désormais le "dialogue" avec les lecteurs se fait "par bouquins interposés".

De la même façon, Luz, qui outre son travail de dessinateur faisait régulièrement des chroniques musicales dans Charlie ou ailleurs, ne fréquente plus les salles de concerts. Quand on le lui fait remarquer, ses yeux s'embuent un instant. "Je n'ai pas envie d'être un pleurnichard", se défend-il face à ceux qui l'accusent d'écrire désormais des albums "trop tristes". "La mélancolie, la tristesse, le deuil, c'est aussi un terrain propice à l'imaginaire. J'aime bien l'idée d'être volatile, aussi volatile que l'imaginaire".

L'écriture de Puppy a commencé bien avant l'attentat du 7 janvier 2015. "C'est l'album d'une rencontre entre moi et le cimetière des chiens d'Asnières". Une quarantaine de planches étaient prêtes quand est survenu l'attentat. "J'ai essayé de faire une œuvre joyeuse", dit Luz. Et c'est vrai qu'on sourit parfois en suivant les mésaventures de ce jeune chien innocent, joueur et peureux.

On est frappé aussi par l'extrême solitude du chiot errant dans le cimetière à la recherche de ses amis disparus. Impossible de ne pas dresser un parallèle avec l'histoire tragique du dessinateur quand Puppy passe devant une tombe marquée Charlie. "J'avais dessiné cette planche avant" l'attentat, affirme le dessinateur.

"Fallait-il effacer le nom inscrit sur la tombe? Je me le suis demandé. Finalement, je me suis dit que si je revenais en arrière, si j'effaçais ce Charlie j'étais à la merci d'une injonction du genre +Attention! ça va être mal compris, mal interprété+". "C'est extrêmement dur de penser que tout le travail que je ferai sera lu à lumière de ce que j'ai vécu", estime Luz qui souligne: "le mot que j'utilise le plus c'est avancer".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Toute la vie quotidienne est devenue effroyablement compliquée pour Luz, constamment protégé.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-