"A Ciambra": les 400 coups à l'italienne (VIDÉO)

"A Ciambra": les 400 coups à l'italienne (VIDÉO)

Publié le 09/09/2017 à 22:48 - Mise à jour le 20/09/2017 à 15:31
©Haut et court
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Jean-Michel Comte
-A +A

Fiction qui a des airs de documentaire, le film "A Ciambra" raconte la vie d'un adolescent de 14 ans d'une famille de Roms en Calabre, dans le sud de l'Italie, obligé de survenir aux besoins de sa famille. Le film, dans les salles ce mercredi, a été présenté à la Quinzaine des réalisateurs au dernier Festival de Cannes.

En Calabre, à la pointe de la botte de l'Italie, les communautés roms et les immigrés africains survivent comme ils le peuvent. L'enfance et l'adolescence y sont souvent difficiles mais les caractères se forgent vite, comme le montre le film italien A Ciambra, qui sort ce mercredi 20 sur les écrans.

Au sein de sa famille de Roms, Pio a 14 ans et veut grandir vite. Comme son grand frère Cosimo, il boit, fume et apprend l’art des petites arnaques de la rue. Mais quand Cosimo est arrêté par les carabiniers et mis en prison après un cambriolage, Pio se sent obligé de prendre sa place pour veiller sur la famille et lui assurer ses moyens de subsistance.

Pio va dérober une valise dans un train arrêté à la gare, Pio va conduire une voiture volée pour la rendre à son propriétaire, Pio va apporter un poste de télé aux immigrés africains dans leur campement, Pio va tenter de cambrioler la villa d'un gitan d'un clan rival. Tout cela pour quelques dizaines d'euros.

Dans son nouveau rôle, parfois trop grand pour lui, l'adolescent reçoit les conseils et la protection d'un adulte, un immigré burkinabé, qui tente de lui enseigner d'autres valeurs: l'honnêteté, la fierté, l'estime de soi. Pas facile, surtout que les Roms et les Africains ne s'aiment guère…

(Voir ci-dessous la bande-annonce du film):

A Ciambra, qui tire son nom d'un quartier pauvre de la banlieue de la petite ville de Gioia Tauro, est le deuxième long métrage du jeune réalisateur italo-américain Jonas Carpignano, 33 ans, après Mediterranea (2015) qui racontait l'arrivée en Italie de deux immigrés africains après une dangereuse traversée.

Le film, qui a été présenté à la Quinzaine des réalisateurs au dernier Festival de Cannes, est joué par des comédiens non-professionnels, qui interprètent leur propre rôle, notamment Pio Amato et sa famille. "J’ai rencontré la famille Amato pour la première fois en 2011. Le jour où ma Fiat Panda, dans laquelle se trouvait tout mon matériel de tournage, a été volée", raconte le réalisateur. "C’était à Gioia Tauro où nous tournions A Chjàna (le court-métrage qui a inspiré plus tard Mediterranea). Dans cette ville, quand une voiture disparaît, la première chose à faire est +d’aller voir les gitans+. Et c’est ainsi que j’ai découvert la Ciambra. Je suis immédiatement tombé amoureux de cet endroit, de son énergie".

Filmé caméra à l'épaule, avec parfois des gros plans qui donnent le tournis (certains critiques ont parlé de "Dardenne à l'italienne"), le film attire l'attention à la fois par son côté fiction (il y a un certain suspense dans les petits délits de Pio et sa bande) et son côté documentaire: décharges et bidonvilles, petite délinquance, vols de voitures, femmes qui boivent comme les hommes au dîner (sauf la mamma), gitans qui insultent les immigrés africains, nuits où l'on danse dans des hangars désaffectés avec la musique à fond, enfants livrés à eux-mêmes, gamins de 5 ans qui fument et disent à leur grande sœur "Je te pisse dans la bouche"

Le film porte sur ces personnages réels un regard quasi documentaire, presque froid, sans discours moralisateur ou misérabilisme politiquement correct. Mais le réalisateur ne s'interdit pas une empathie certaine pour le jeune Pio Amato, presque de toutes les scènes, qui crève l'écran avec un naturel étonnant. Dans le film, explique le réalisateur, "il est certes question de relations entre les communautés, de pauvreté, de déterminisme et de stéréotypes, d’illégalité, etc. Mais surtout de Pio, de qui il est et de qui il pourrait devenir".

Auteur(s): Jean-Michel Comte

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le jeune Pio Amato est de presque toutes les scènes du film.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-