De la Terre à la Lune: les films à voir sur la conquête de l'espace (vidéo)

De la Terre à la Lune: les films à voir sur la conquête de l'espace (vidéo)

Publié le 10/07/2019 à 16:50 - Mise à jour le 16/07/2019 à 07:48
©Warner Bros
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Victor Lefebvre
-A +A

Le 21 juillet 1969, Neil Armstrong et Buzz Aldrin marchaient sur la Lune. L'achèvement de plusieurs décennies de conquête du ciel et de l'espace dont le cinéma s'est emparée dès ses débuts et qui continue de faire rêver aujourd'hui.

Le voyage dans la Lune (1902), le premier

Seulement 15 minutes de film qui illustrent la fascination que la Lune a toujours eu sur l'homme et son imaginaire. Inspiré par les romans de H.G Wells et de Jules Verne, l'œuvre évoque avec une émouvante naïveté cette idée de découvrir un monde merveilleux. Idée illustrée par la célèbre image du vaisseau spatial planté dans l'œil de la Lune.

S'il n'a rien de très scientifique, Le voyage dans la Lune est également à voir en tant que plus célèbre film de George Méliès, père de la science-fiction et des effets spéciaux au cinéma.

L'étoffe des héros (1983), le classique

Réalisés par Philip Kaufman, The right stuff, dans la version originale, est probablement la référence lorsqu'il s'agit d'évoquer la conquête spatiale. Il ne fait pas écho au programme Apollo mais rend hommage aux hommes qui ont risqué et parfois perdu la vie pour repousser les limites.

Cette ode au courage permet encore aujourd'hui de prendre conscience de ce que représentait la conquête du ciel et de l'espace à l'époque: pousser les avions au maximum en sachant que cela peut mener au crash, ou entrer dans une boite de conserve montée sur une fusée et construite à la hâte, parce que dans la course contre l'URSS, le temps est plus important que la vie des hommes.

Apollo 13 (1995), le plus connu

L'histoire d'un échec devenu un succès historique. Au point que le numéro de cette mission est peut-être plus célèbre que celui d'Apollo 11. Tout comme le "Houston, on a un problème" ("Nous avons eu un problème ici" en réalité), éclipserait presque le "petit pas pour l'homme" dans la catégorie des phrases restées célèbres.

Apollo 13 de Ron Howard avec Tom Hanks reste comme l'un des films les plus populaires sur le sujet en racontant l'histoire de ceux qui ne sont pas allés sur la Lune, mais ont réussi à revenir sur Terre à bord d'un vaisseau estropié, alors que seuls quatre équipages étaient déjà allé aussi loin dans l'espace avant eux.

Les Figures de l'ombre (2017), le plus politique

La conquête spatiale est aussi intimement liée à l'histoire des Etats-Unis. Le film de Theodore Melfi s'intéresse à ceux et surtout celles qui ont contribué à ces exploits collectifs dans un pays encore en pleine mutation, à travers le portrait de trois mathématiciennes noires travaillant pour la NASA.

Si la question de l'émancipation et de la tolérance sont au centre du film, il permet aussi de réaliser à quel point la technologie permettant d'envoyer les astronautes de Mercury dans l'espace relevait parfois de l'artisanal, avec des "calculateurs" qui étaient encore des êtres humains.

First Man (2018), le dernier-né

Intime et dramatique, First Man- Le premier homme sur la Lune délaisse l'astre pour l'être humain. Il s'intéresse à Neil Armstrong, homme à la fois mondialement célèbre et très peu connu (il s'est éloigné de toute forme de célébrité peu après son exploit).

On y découvre ses blessures profondes et sa façon d'essayer d'y échapper, sa détermination souvent froide, loin d'une image d'aventurier que laissent imaginer les images de lui sur la Lune. Le film de Damien Chazelle est adapté du livre de James R. Hansen Le premier homme: à la découverte de Neil Armstrong (Ed. Robert Laffont), paru en 2005, biographie autorisée de Neil Armstrong, qui avait aussi donné son aval pour en tirer un film quand les producteurs lui en ont parlé avant sa mort en 2012.

Lire aussi: 

Un exemplaire d'"On a marché sur la Lune" signé par l'équipage d'Apollo 11 aux enchères

Habiter sous terre... pour vivre sur la Lune

Auteur(s): Victor Lefebvre

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Sam Shepard incarne Chuck Yeager dans "L'étoffe des héros" en 1983.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-