D'"Urgences" à "Nina", ces séries télé qu'adorent et abhorrent les blouses blanches

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

D'"Urgences" à "Nina", ces séries télé qu'adorent et abhorrent les blouses blanches

Publié le 18/10/2016 à 13:57 - Mise à jour à 13:58
©Disney-ABC Television Group/flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

"Grey's anatomy", "Dr House", et plus récemment "Nina", production made in France... on ne compte plus les séries télévisées médicales depuis le phénomène "Urgences". Chez les soignants, ces fictions suscitent autant l'exaspération que l'adoration.

"L'infirmière superwoman! Série très représentative de la réalité dis donc", ironise dans un tweet une étudiante infirmière devant la deuxième saison de Nina sur France 2. "J'espère que les (téléspectateurs) sont conscients que ça n'a rien à voir avec la réalité", s'inquiète une autre sur le même réseau.

"Conscients" ou pas, ils sont plus de 3 millions à suivre chaque mercredi l'infirmière interprétée par Annelise Hesme, dans son quotidien à l'hôpital Madeleine Brès. Problème, la série hérisse la communauté qu'elle veut, une fois n'est pas coutume, mettre en avant. En cause, les nombreux "clichés" véhiculés par Nina, tiraillée entre deux médecins, ou encore par Dorothée, l'étudiante infirmière qui a choisi cette voie "pour en rencontrer un".

Fin septembre, le site spécialisé Infirmiers.com fustigeait ainsi le retour de "la super-infirmière" dans son "monde de bisounours", à l'heure où "d'autres subissent des conditions de travail déplorables". La série tente pourtant d'aborder les problèmes qui fâchent (souffrance au travail, restructurations, manque de personnels).

Mais rien n'y fait : "le décalage entre la réalité du métier et sa représentation nous énerve beaucoup", explique à l'AFP Laurent Four, infirmier et reporter d'images de 42 ans.

Nina "passe son temps à se balader", se dévoue à deux patients quand elle devrait "être débordée" par une dizaine d'autres. Surtout, elle participe à la "pose des diagnostics alors que ce n'est pas son rôle". Représenter "une fois de plus les infirmières comme des médecins frustrés, c'est ce qui nous agace le plus", résume M. Four.

A l'inverse, les médecins trouvent beaucoup plus leur compte dans les séries médicales américaines, qui suscitent d'autant plus leur enthousiasme qu'ils y tiennent souvent le haut de l'affiche.

Certes, elles regorgent d'inepties ou d'exagérations (trop de catastrophes, de beaux docteurs, d'amourettes...). Mais la qualité des scénarii, écrits avec des blouses blanches, et leur production soignée séduisent.

Gériatre dans un hôpital parisien, Christophe Trivalle s'est amusé à sonder ses confrères sur Twitter, leur demandant "quelle série" leur avait donné envie d'exercer. Lui-même en regarde, comme Grey's anatomy, "très documentée" sur les innovations chirurgicales, dit-il à l'AFP.

Mais c'est Urgences qui est arrivée en tête des "387 votes". Vingt ans après sa première diffusion sur France 2, la série de l'ancien médecin Michael Crichton reste la référence.

Silvia, interne en cardiologie de 28 ans, lui doit sa vocation. "C'était le rituel du dimanche soir avec mes parents, tous les deux médecins, qui commentaient tout", se remémore la jeune femme. "C'était le seul moment où ils parlaient de leur boulot".

A l'époque, le grand public découvre un vocabulaire technique et précis ("NFS, chimi-iono, gaz du sang") en même temps que George Clooney. Les soignants apprécient eux "la justesse des interactions" humaines et hiérarchiques, se reconnaissant dans l'hôpital comme "lieu de vie extraordinaire", d'après une enquête de la sociologue Sabine Chalvon-Demersay.

Reste qu'en France, "les entorses" sont "heureusement" plus courantes que "les plaies par balles", concède aujourd'hui Silvia.

Toujours adepte de séries médicales, la jeune femme "s'amusait" pendant ses études "à deviner les diagnostics" dans Dr House. Un bon moyen de "faire des pauses sans trop culpabiliser". Et tant pis si le médecin misanthrope s'y prend à l'envers, "testant tout un tas de traitements" sur ses patients avant d'avoir trouvé leur diagnostic.

Michel, interne du même âge, aime lui Grey's anatomy pour son côté "glamour et sexy". "On est tous moches à l'hôpital, avec nos blouses, nos charlottes... Là on se dit +en fait on est trop des beaux gosses+", plaisante-t-il. Il s'identifie aussi au héros de Scrubs, un interne "toujours à la recherche de son mentor, d'une petite tape dans le dos".

Preuve de leur succès, ces séries sont utilisées dans certaines facs de médecine américaines. Pour aborder les questionnements éthiques, le rapport aux patients, les erreurs, tout en captivant les étudiants.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Remplies de clichés ou bien documentées, les séries se passant dans les hôpitaux ne laissent pas les professionnels de santé indifférents.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-