"Barbara" de Mathieu Amalric: faux biopic, vraie déception (VIDÉO)

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

"Barbara" de Mathieu Amalric: faux biopic, vraie déception (VIDÉO)

Publié le 28/08/2017 à 12:18 - Mise à jour le 06/09/2017 à 12:52
©Roger Arpajou/Waiting For Cinéma/Gaumont Distribution
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Jean-Michel Comte
-A +A

Quelques semaines avant le 20e anniversaire de la mort de Barbara, le film que lui a consacré le réalisateur-acteur Mathieu Amalric sort dans les salles ce mercredi, après avoir été présenté au Festival de Cannes. Ce n'est pas un biopic traditionnel, c'est un hommage plus original et plus intello, un peu ennuyeux.

Pour le 20e anniversaire de la mort de Barbara à l'âge de 67 ans (c'était le 24 novembre 1997), l'acteur-réalisateur Mathieu Amalric lui rend hommage avec un film original mais décevant, Barbara (ce mercredi 6 sur les écrans), sorte d'anti-biopic intello pour happy few.

Il se met en scène lui-même comme réalisateur d'un film sur la chanteuse, qui dirige une actrice, Brigitte (Jeanne Balibar), chargée de l'incarner sur grand écran. Le tournage se met en place, l'actrice travaille son personnage, la voix, les chansons, les partitions, mais aussi les gestes de la vie courante à la manière de Barbara: elle tricote, s'endort et se réveille, s'interroge sur sa vie sentimentale.

De son côté le réalisateur progresse aussi dans son projet, par ses rencontres, par les archives, par la musique. Il est fasciné par le sujet de son film, se laisse submerger par cette chanteuse envoûtante, autant que son actrice, peut-être plus qu'elle…

Septième film de Mathieu Amalric comme réalisateur, Barbara a fait, en mai dernier, l'ouverture d'Un Certain Regard, la section parallèle officielle du Festival de Cannes. Mathieu Amalric explique qu'il n'a pas voulu faire un biopic traditionnel et grand public, comme par exemple celui sur Dalida en début d'année à l'occasion du 30e anniversaire du décès de la chanteuse.

"Je n'ai jamais vu chanter Barbara. Jamais je n'aurais pensé faire un biopic. C'était ça la vraie question: +Comment faire un biopic?+, au lieu d’être dans la mise en abîme, au moins être dans la +mise en joie+", déclarait-il en mai dernier à Europe-1. "Il y a trois ans, un cinéaste avait voulu faire un biopic avec Jeanne Balibar mais ils n'y sont pas arrivés. Ils m’ont alors dit: +essaye, toi+. Je me suis dit qu’une collision de deux genres, un film dans le film, me permettrait d’être dans un dispositif amoureux. Alors pour qui? Pour Barbara? Pour le personnage de l’actrice? Ou pour Jeanne elle-même? Il y a des hologrammes, des incarnations, c'est un film troublant. Le cinéaste est complètement fétichiste, peut-être même nécrophile".

Il a choisi pour incarner Barbara celle qui fut sa compagne pendant sept ans de 1996 à 2003 et avec qui il a eu deux enfants. Outre la ressemblance physique troublante, Jeanne Balibar est habitée par le personnage, mais sans tomber dans le mimétisme ou l'imitation.

On entend de nombreuses chansons de l'interprète de L'aigle noir, on voit quelques extraits de documents de la vraie Barbara visionnés par le réalisateur, on évoque le film Franz (1971) de Jacques Brel dans lequel elle partage l'affiche avec le chanteur belge. Tout est volontairement mélangé, dans le cadre du procédé "le film dans le film" qui donne l'impression que Mathieu Amalric a voulu autant rendre hommage à Jeanne Balibar ou à lui-même qu'à Barbara. Les trois noms occupent la même place sur l'affiche et quand on lui demande "Vous faites un film sur Barbara ou un film sur vous?", le personnage du réalisateur répond: "C'est pareil".

"Oui, on ne sait plus qui est qui. Le dispositif me semblait exalter beaucoup de choses", confirme Mathieu Amalric. "Comme la musique ou la naissance d’une chanson par exemple, en passant par le trajet de l’actrice qui doit apprendre une chanson de Barbara. On ne sait plus qui est qui. Pour moi, ce sont des variations autour de Barbara".

Le projet est original et le procédé intéressant, et Jeanne Balibar est impressionnante. Mais cet anti-biopic laisse un résultat d'ensemble nostalgique, erratique et brouillon, sombre et tristounet, finalement assez ennuyeux. Un film intello, avec une construction déroutante et une drôle de fin, qui aura du mal à séduire un vaste public au-delà des inconditionnels (de Barbara? de Jeanne Balibar? de Mathieu Almaric?). La longue dame brune méritait mieux.

(Voir ci-dessous la bande-annonce du film):

Auteur(s): Jean-Michel Comte

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Film dans le film": Jeanne Balibar et Mathieu Amalric interprètent une actrice et un réalisateur qui tournent un film sur Barbara.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-