Cinéma: le film "Love" interdit aux moins de 18 ans (VIDEO)

  •  Soutenez l'indépendance de FranceSoir, faites un don !  

Cinéma: le film "Love" interdit aux moins de 18 ans (VIDEO)

Publié le 04/08/2015 à 11:53 - Mise à jour le 05/08/2015 à 08:09
©Wild Bunch
PARTAGER :

Auteur(s): RT

-A +A

Saisi par l'association conservatrice Promouvoir, le juge du référé a finalement décidé d'interdire aux moins de 18 ans le film "Love" de Gaspar Noé, en raisons des scènes de sexe non simulées qu'il comprend. Vincent Maraval, co-producteur du long-métrage, a annoncé qu'il comptait faire appel de cette décision auprès du Conseil d'Etat.

Le tribunal administratif de Paris a tranché. Après de nombreux rebondissements judiciaires et administratifs, le film Love de Gaspar Noé, projeté dans les salles depuis le 15 juillet, doit être interdit aux moins de 18 ans en raisons des scènes de sexe non simulées, a annoncé le co-producteur du film, Vincent Maraval, lundi 3 sur son compte Twitter.

Saisi par l'association Promouvoir qui vise "la promotion des valeurs judéo-chrétiennes dans tous les domaines de la vie sociale", le juge du référé a suspendu le visa d'exploitation du film "en tant qu'il n'interdit pas la représentation du film aux mineurs de 18 ans", mais seulement aux moins de 16 ans. Car selon lui, la "répétition" et "l'importance dans le scénario"  de scènes de sexe non simulées dans ce film en 3D racontant la relation d'un jeune couple sont "de nature à heurter la sensibilité des mineurs".

Pourtant, après avoir été saisi deux fois par la ministre de la Culture Fleur Pellerin, en juin puis en juillet, la commission de classification des œuvres du Centre national du cinéma (CNC) avait recommandé une interdiction aux moins de 16 ans seulement. "L'intention narrative de l’auteur qui dépeint une histoire d’amour intense et la force du lien créé entre les deux principaux personnages, autant que l’humanité de leur relation, ne fait pas de doute pour le spectateur", expliquait le CNC. Et Fleur Pellerin, qui espérait à l'origine une classification plus sévère, s'était finalement inclinée.

Furieux de ce retournement de situation, Gaspar Noé a dénoncé dans une interview au quotidien Libération une "aberration", mettant en garde contre le "risque que les cinéastes ou scénaristes s'autocensurent" à l'avenir. Très remonté, il a notamment mis en cause l'avocat de Promouvoir, Patrice André. "On est clairement face à quelqu’un qui est proche de Bruno Mégret, de la Manif pour tous, et qui est dans une stratégie d’autopromotion", a ainsi expliqué le réalisateur.  

"Le problème n'est pas la décision du juge, mais qu'un ayatollah qui ne représente personne, Patrice Andréprenne en otage un système de classification (auparavant il avait déjà fait interdire les films Baise-moi, Ken Park ou encore Nymphomaniac Vol.1 aux mineurs, NDLR). La commission de contrôle n'a plus lieu d'être puisque cet intégriste la bafoue régulièrement, la ministre ne sert à rien, le CSA fait la même chose en durcissant la classification de manière arbitraire et sans explications. Et nous, au milieu de cette improvisation, on doit se demander si nous pouvons continuer à distribuer les films que nous voulons en France", s'est quant à lui insurgé Vincent Maraval auprès de Télérama.  

"La décision est maintenant dans les mains du Conseil d’Etat. On devrait en savoir plus sur la France très bientôt", a-t-il ensuite écrit sur Twitter, laissant entendre qu’il comptait faire appel de cette décision auprès de la plus haute cour administrative. Selon le décompte mentionné dans l'ordonnance, Love  n’est plus diffusé que dans 33 salles en France, dont 7 à Paris. 

(Voir ci-dessous la bande-annonce du fim polémique): 

 

 

Auteur(s): RT


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


"Love" de Gaspar Noé raconte la relation de deux jeunes gens et leurs expérimentations sexuelles.

Annonces immobilières

Newsletter





Commentaires

-