"Never Grow Old": le croque-mort se rebiffe (vidéo)

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

"Never Grow Old": le croque-mort se rebiffe (vidéo)

Publié le 05/08/2019 à 09:51 - Mise à jour le 06/08/2019 à 12:12
©Rezo Films
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

CRITIQUE – Un charpentier et entrepreneur de pompes funèbres irlandais, Patrick Tate, vit avec sa jeune famille à la périphérie d’une petite ville sur la route de la Californie pendant la ruée vers l’or de 1849. La vie y est dure mais paisible jusqu’à l’arrivée de trois hors-la-loi: c'est le scénario du film "Never Grow Old", un western sombre et réaliste qui sort ce mercredi.

SORTIE CINÉ – Il y a bien longtemps, depuis Sergio Leone jusqu'au récent film de Jacques Audiard Les Frères Sisters, que les westerns ne sont plus l'apanage des réalisateurs américains. Nouvel exemple, ce mercredi 7 août sur les écrans français, avec Never Grow Old, un film sombre et angoissant du réalisateur irlandais Ivan Kavanagh.

En 1849, pendant la conquête de l'Ouest et la ruée vers l'or, quelques pionniers ont fondé sur la route de la Californie la petite ville de Garlow, "ville chrétienne" dont les habitants, pour la plupart membres d'une congrégation religieuse, ont banni l'alcool, le jeu et la prostitution. "Nous sommes un phare qui éclaire toute l'Amérique", dit le pasteur de la ville pendant la messe.

Lire la critique – Les Frères Sisters: le beau western de Jacques Audiard

Un peu à l'écart de la ville, dans leur petite ferme à la lisière de la forêt, vit une famille tranquille: Patrick Tate (Emile Hirsch), d'origine irlandaise, sa femme Audrey (Déborah François), d'origine française, enceinte de leur troisième enfant, leur fils de 9 ans et leur fille de 6 ans. Patrick Tate est le charpentier et croque-mort de la ville. C'est un homme simple et sans histoires, qui travaille dur et rêve d’offrir une vie meilleure à sa famille, d’être propriétaire d’une maison et d’une terre, d’être respecté, de trouver sa place dans une communauté, de se sentir intégré et d’être accepté.

Mais une nuit, sous la pluie, trois chasseurs de primes débarquent à Garlow: un hors-la-loi à la gâchette facile, "Dutch" Albert (John Cusack), d'origine néerlandaise comme son nom l'indique, accompagné de ses hommes de main patibulaires, un muet à la langue coupée et un Sicilien.

Ils vont faire régner leur loi sur la ville, en rachetant le saloon, en autorisant l'alcool et les jeux de cartes, en faisant venir des prostituées, en supprimant ceux qui s'opposent à eux. D'abord la ville subit leur domination. Mais, quand il sent sa famille menacée, le croque-mort décide de se rebiffer…

"Never Grow Old": ne grandis jamais et n'intègre pas trop tôt le monde des adultes, voudrait dire le personnage principal à son fils de 9 ans, qui veut grandir très vite. Car à Garlow c'est la cupidité et la violence qui vont régner, au lieu du calme et de la solidarité.

Siixième film du réalisateur irlandais Ivan Kavanagh peu connu du grand public, ce western réaliste est un film sombre, aux images peu éclairées, à l'ambiance lourde, au suspense pesant. Les décors ne sont pas ceux des westerns classiques qui semblent souvent trop propres, mais ceux d'une ville sale, aux rues couvertes de boue et aux bâtiments sans charme. "Aucun décor n’a été construit en studio. Tous les bâtiments qu’on voit dans le film –intérieurs et extérieurs– sont de véritables bâtiments qui ont souvent été bâtis en partie avec les techniques de construction de l’époque", expliquent les producteurs. Pas besoin d'aller en Amérique: le film a été tourné dans le Connemara et au Luxembourg.

Immigration et intégration, valeurs familiales et religieuses, respect de la loi, "Rêve américain" sont les thèmes en toile de fond de ce western dont les personnages principaux sont les nouveaux Américains venus d'Europe pour construire un pays: "La plupart de ceux qui ont conquis l'Ouest américain étaient des immigrés de la première génération, issus d'Irlande, d'Allemagne, d'Italie, de France, de Suède et d'autres pays européens", explique le réalisateur. "Le film s'interroge sur le regard porté sur le Nouveau Monde par ces gens simples et pauvres pour la plupart et sur leur expérience de cette fameuse «terre de promesses»".

Aux côtés de l'acteur américain Emile Hirsch, révélé en 2007 par le film de Sean Penn Into the Wild (voir ici la bande-annonce), on a plaisir à retrouver l'actrice française Déborah François, dans un rôle de jeune femme forte qui aide son mari à résister à la violence et à protéger leur famille. Car il y a fort à faire face au méchant de l'histoire, ce hors-la-loi cynique, calme, beau parleur, cruel, inquiétant, impitoyable, incarné par un John Cusack qu'on avait un peu perdu de vue ces dernières années et qui, surgissant de l'ombre, fait un retour effrayant.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Face aux hors-la-loi, le croque-mort se rebiffe -mais un peu tard.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-