"Nina Wu": #MeToo à Taïwan (vidéo)

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

"Nina Wu": #MeToo à Taïwan (vidéo)

Publié le 06/01/2020 à 10:19 - Mise à jour le 10/01/2020 à 09:15
©Épicentre Films
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): France-Soir
-A +A

SORTIE CINÉ Inspiré de l'affaire Weinstein, le film Nina Wu, qui sort ce mercredi 8 janvier dans les salles après avoir été présenté en mai dernier à Un Certain Regard, la section officielle parallèle du Festival de Cannes, raconte l'histoire d'une actrice de Taïwan obligée de subir les humiliations d'un réalisateur et d'un producteur de cinéma.

C'est le cinquième long-métrage de Midi Z, 37 ans, réalisateur taïwanais originaire de Birmanie. Mais le scénario a été écrit par Wu Ke-Xi, 36 ans, qui interprète également le rôle principal et s'est inspirée de sa propre histoire. "Le mouvement #MeToo m’a amenée à me renseigner sur le syndrome de stress post-traumatique. J’ai pris conscience que j’en avais souffert moi-même dix ans auparavant. Figurante sur le tournage d’un spot publicitaire, j’ai été humiliée par le réalisateur", raconte-t-elle.

Un rôle principal dans un film d’espionnage

Elle interprète donc le personnage de Nina Wu, jeune actrice qui a quitté sa province depuis huit ans pour tenter sa chance à Taipei, la capitale. Après quelques courts métrages, spots de pub et vidéos live sur Internet, elle reçoit enfin une proposition intéressante: son agent lui a trouvé le rôle principal d’un film d’espionnage.

Mais le scénario prévoit des scènes de nu, de sexe, de violence. "Elle est allongée nue sur un lit entre deux officiers", précise notamment le script, qui fait mention également de scènes où elle subit des gifles, des insultes, des cris. Malgré ses réticences, Nina accepte le rôle…

"Le film nous rappelle comment la société patriarcale voit les femmes et les définit. L’affaire Weinstein dont s’inspire le film n’occupe qu’une petite place dans l’intrigue. Mais bien sûr, il y a des liens évidents. (…) Cependant, le film peut se suffire à lui seul, sans qu’on se réfère nécessairement à l’affaire. Elle n’a pas d’incidence sur la compréhension du film par le spectateur", explique le réalisateur.

Entre le rêve et la réalité

Sous des airs de thriller psychologique –il y a du suspense et des rebondissements dans l'histoire–, Nina Wu décrit la manière dont les femmes sont traitées dans les milieux du cinéma, à travers ce personnage féminin qui a subi un traumatisme et dont on se demande, du coup, si elle est victime ou schizophrène –ou les deux. Pour cela, le réalisateur multiplie les fausses pistes qui égarent le spectateur: film dans le film, narration parfois onirique, flash-back incessants, cauchemars et hallucinations alternant avec souvenirs réels et scènes d'humiliations et d'agressions sexuelles. "J’ai brouillé la frontière entre le rêve et la réalité, le présent et le passé", dit Midi Z.

Cela fait froid dans le dos

Le réalisateur auquel Nina Wu est confrontée est odieux et tyrannique, mais le producteur du film est pire. "Vous savez nager? Pleurer en dix secondes? Faire l'amour à trois?", l'interroge-t-il avant de lui demander de faire le chien. Puis, après avoir aligné dans son bureau six actrices en robe rouge avec des numéros, il en sélectionne deux et leur dit: "Celle qui arrachera la robe de l'autre aura le rôle"…

Tout cela fait froid dans le dos quand on imagine que ce n'est pas très éloigné de la réalité. "Je n’ose même pas imaginer la souffrance de toutes ces femmes qui ont été violées par Weinstein!", dit Wu Ke-Xi. "Mais pour être passée par une expérience traumatisante moi-même, je connais cet état de confusion et je savais comment l’exprimer au cinéma, en superposant le fantasme à la réalité".

À lire aussi: "Selfie": on vit une époque (numérique) formidable

Auteur(s): France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'actrice Wu Ke-Xi, qui interprète ici le personnage de Nina Wu, a également écrit le scénario du film.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-