"Papa ou maman-2": Laurent Lafitte et Marina Foïs, drôles de parents (VIDEO)

"Papa ou maman-2": Laurent Lafitte et Marina Foïs, drôles de parents (VIDEO)

Publié le 16/11/2016 à 11:19 - Mise à jour le 07/12/2016 à 12:08
©Pathé Distribution
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Jean-Michel Comte
-A +A

Après le succès de "Papa ou maman" en février 2015, voici la suite, tout aussi drôle. Séparés, Laurent Lafitte et Marina Foïs ont fait la paix et se partagent la garde de leurs enfants –qui ne l'entendent pas ainsi.

Quand un film est réussi et qu'on en fait une suite, il est rare que celle-ci soit meilleure que le premier. Papa ou maman-2, qui sort ce mercredi 7 dans les salles, fait exception à la règle: c'est encore plus drôle que Papa ou maman, sorti en février 2015 et qui attira 2,7 millions de spectateurs.

C'est la même équipe: le réalisateur Martin Bourboulon (c'était son premier film), les scénaristes et dialoguistes Alexandre de la Patellière et Matthieu Delaporte, et le couple d'acteurs savoureux Laurent Lafitte et Marina Foïs.

Après avoir passé une heure et demie à se disputer pour ne pas avoir la garde de leurs trois enfants, les deux se quittaient après en avoir fait un quatrième, à l'issue du premier film. Papa ou maman-2 commence par un long plan-séquence dans une grande maison où ils préparent le dîner avec des amis, au milieu de leurs enfants et de deux chiens. Se sont-ils réconciliés, vivent-ils à nouveau ensemble? Non.

Ils habitent chacun dans une maison. Et ces deux maisons, deux pavillons à Arcachon, sont en face l'une de l'autre: il n'y a que la rue à traverser. Deux ans ont passé et, après avoir raté leur séparation, Vincent –toujours gynécologue obstétricien à l'hôpital– et Florence –toujours ingénieur chef de chantier–  ont parfaitement réussi leur divorce. Ils vivent chacun de leur côté mais sont restés amis et ont mis en place un système de garde alternée des enfants qui fonctionne bien. Ils ont chacun un chien de même race, surnommés Jean-Luc et Jean-Pierre.

Et ils ont chacun leur vie sentimentale. Vincent habite avec Bénédicte (Sara Giraudeau), acceptée par les enfants. Et Florence a une liaison secrète avec Edouard (Jonathan Cohen), dont tout le monde va faire la connaissance. Au milieu de tout cela, les quatre enfants trouvent-ils leur équilibre? Pour les trois plus âgés, comme dit le slogan sur l'affiche du film, "2 papas, 2 mamans, 2 fois pire!". Ils vont donc tout faire, comme deux ans auparavant, pour que leurs parents se remettent en couple…

L'un des pièges à éviter, en faisant une suite, "était de faire une pâle copie du premier film en reprenant le même dispositif", explique le réalisateur Martin Bourboulon. "Ce qui m’a vite plu dans ce scénario, c’est qu’il mettait en perspective une toute nouvelle histoire. Plus qu’un numéro-2, c’était vraiment une suite de l’histoire de cette famille que nous avons voulu raconter".

Et il est vrai que ce numéro-2 bénéficie d'un renouvellement scénaristique qui est l'une des réussites du film. Il y a suffisamment d'invraisemblances pour soutenir ce scénario, dans un flot très rythmé de détails crédibles, de situations bien observées, de dialogues hilarants, de scènes où les acteurs s'en donnent à cœur joie (l'un des grands moments est le dîner à quatre, quand Florence présente Edouard à Vincent et Bénédicte). Le duo Laurent Lafitte-Marina Foïs fonctionne à la perfection, comme dans le premier film, mais les seconds rôles sont tout aussi réussis (les trois enfants, la mère de Florence interprétée par Nicole Garcia), avec une mention spéciale à Jonathan Cohen qui vole presque la vedette à tout le monde.

Bref, c'est une comédie à la française du calibre des classiques du genre des années 70 réalisées par Yves Robert, Un éléphant ça trompe énormément et sa suite Nous irons tous au paradis, une filiation revendiquée par les scénaristes.

Seule la fin peut paraître un peu bizarre, mal assumée, décevante. La porte ouverte à un Papa ou maman-3? "C’est trop tôt pour le dire", répond Martin Bourboulon quand on lui pose la question. "Et puis c’est toujours un peu péremptoire de l’annoncer au moment de la sortie. On verra bien si celui-ci plaît, déjà". On prend le pari que oui.

(Voir ci-dessous la bande-annonce du film):

Auteur(s): Jean-Michel Comte

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Marina Foïs et Laurent Lafitte, parents terribles.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-