"Mon Bataclan": un rescapé du 13 novembre raconte la tuerie dans une bande dessinée

"Mon Bataclan": un rescapé du 13 novembre raconte la tuerie dans une bande dessinée

Publié le 20/10/2016 à 17:43 - Mise à jour à 17:58
©Bataclan
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Fred Dewilde était présent au Bataclan le 13 novembre lors de l'attaque meurtrière qui a causé la mort de 90 personnes. Rescapé de la tuerie, il a décidé de coucher sur papier son calvaire. La bande dessinée "Mon Bataclan" sortira vendredi.

Derrière son pseudo, Fred Dewilde, graphiste de 59 ans, fait partie des rescapés du 13 novembre. Il était présent au Bataclan lors de l'attaque qui a causé la mort de 90 personnes, et a décidé de raconter son calvaire à travers la bande dessinée Mon Bataclan, qui sera disponible dans les librairies vendredi 21.

Dessiner, témoigner, résister à l'horreur, sortir du Bataclan, des mots forts pour résumer l'histoire de cette bande dessinée qui raconte comment Fred Dewilde a vécu cette soirée du 13 novembre. Il a choisi de livrer son ressenti, sa peur, sa propre vision des évènements.  

La soirée commençait pourtant bien, "un chouette concert et pas mal de bières" a-t-il raconté, le groupe Eagles of Death Metal se produisait sur scène. Puis la soirée a pris une tout autre tournure, et a basculé dans une tragédie historique.

Fred Dewilde a relaté dans sa bande dessinée cette terrible soirée, qui a duré deux heures, à travers ses textes et ses dessins en noir et blanc. Quand les terroristes ont commencé à tirer, Fred s'est retrouvé allongé à côté d'un mort, "Je prends la mesure de ce qu'on est en train de vivre. Je suis encore vivant, un vivant chez les morts", a-t-il rappelé. Fred s'en sortira avec l'aide d'une jeune fille, ils se sont créer une bulle et sont parvenus à "s'extraire de l'horreur". 

Un problème subsistait, celui de la représentation des dijhadistes en dessin. "Je ne voulais pas les représenter en tant qu'êtres humains, parce qu'ils ont choisi de sortir de l'humanité. Ces gens sont déjà morts de l'intérieur", a déclaré Fred Dewilde au journaliste Jérémy Macaud dans une interview accordée à BFM. Avant d'ajouter, "Quand on en arrive à vouloir tuer d'autres personnes, n'importe qui, dans la rue, simplement pour une cause, il n'y a plus rien à faire".

Survivre après un traumatisme. La deuxième partie de la bande dessinée est intitulé Vivre encore. Fred a détaillé dans cette partie la difficulté qu'il a eu pour se reconstruire. "L'ennemi", a-t-il écrit, "n'a pas de couleur, pas de confession. L'ennemi c'est le fanatisme, c'est la peur, c'est la folie qui conduit à la guerre". 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Je prends la mesure de ce qu'on est en train de vivre. Je suis encore vivant, un vivant chez les morts", a expliqué Fred Dewilde.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-