Affaire Hanouna: Vincent Bolloré demande réparation, il réclame 13 millions d'euros au CSA

Affaire Hanouna: Vincent Bolloré demande réparation, il réclame 13 millions d'euros au CSA

Publié le 12/07/2017 à 10:56 - Mise à jour à 11:09
© ERIC PIERMONT / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Il demande réparation. Pour compenser les pertes liées à la sanction publicitaire prise à l'encontre de l'émission "TPMP" en juin dernier, Vincent Bolloré, le patron du groupe Canal+ dont dépend C8, a décidé de réclamer 13 millions d'euros au CSA.

Il ne compte pas en rester là. Suite à la sanction publicitaire prise à l'encontre de l'émission TPMP, Vincent Bolloré, le patron du groupe Canal+ dont dépend C8, a décidé de réclamer 13 millions d'euros au CSA. Et ce, afin de compenser les pertes liées à cette suspension de trois semaines, selon les informations du Canard Enchaîné. Au total, le gendarme de l'audiovisuel a reçu deux courriers cette semaine, lesquels contestaient les deux sanctions prononcées à l'encontre du programme de Cyril Hanouna: l'une réclamait quatre millions d'euros, l'autre neuf millions d'euros.

Pour rappel, ces sanctions avaient été prises suite à deux séquences, diffusées en novembre et décembre 2016, qui avaient profondément choqué des milliers de téléspectateurs. La première était une caméra cachée, diffusée lors du prime La Grande Rassrah, dans laquelle Cyril Hanouna faisait croire à son chroniqueur Matthieu Delormeau qu'il allait devoir endosser la responsabilité d'un homicide. La seconde était une image de la rubrique des 4/3 de Jean-Luc Lemoine, laquelle montrait l'animateur en train de poser la main de Capucine Anav sur son entrejambe.

Le verdict était alors tombé suite aux nombreuses plaintes reçues. La première séquence avait été sanctionnée pour "atteinte au respect de la personne humaine" et la deuxième pour "sexisme". Une décision inédite après plusieurs rappels à l'ordre du gendarme du PAF. Mais Vincent Bolloré ne l'avait pas entendu de cette oreille. Au lendemain de cette annonce, la chaîne avait dénoncé le "caractère disproportionné et discriminatoire" de cette décision, preuve d'un "acharnement" médiatique. Elle avait donc annoncé réfléchir à des "mesures juridiques appropriées".

Chose dite, chose faite. Désormais, le CSA a deux mois pour répondre à la requête de Vincent Bolloré. Et s’il n’obtient pas gain de cause, il pense déjà à porter le dossier devant le Conseil d’Etat afin d'obtenir le remboursement du préjudice estimé.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Vincent Bolloré réclame 13 millions d'euros au CSA suite aux sanctions prises à l'encontre de l'émission de Cyril Hanouna.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-