Un ancien cadre de Facebook interdit à ses enfants d'utiliser "cette merde" (vidéo)

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Un ancien cadre de Facebook interdit à ses enfants d'utiliser "cette merde" (vidéo)

Publié le 12/12/2017 à 15:38 - Mise à jour à 15:51
© LEON NEAL / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Chamath Palihapitiya, un ancien dirigeant de Facebook, a alerté en novembre dernier sur les risques que peuvent causer les réseaux sociaux sur le long terme. Il a notamment expliqué qu'il avait interdit à ses enfants de les utiliser.

Il a tiré la sonnette d'alarme. Chamath Palihapitiya, un ancien dirigeant de Facebook, a alerté sur les risques que peuvent causer les réseaux sociaux sur le long terme, selon une information rapportée par le site The Verge. Pour lui, ils "font disparaître les fondamentaux du comportement des gens". C'est lors d’un débat organisé en novembre dernier à la Stanford Gratuate School of Business qu'il a tenu à mettre en garde les utilisateurs.

"Je pense que nous avons créé des outils qui déchirent le tissu social", a-t-il déclaré précisant qu'il éprouvait "beaucoup de culpabilité". Lors de son discours, il s'est notamment attaqué aux boutons "j'aime" et aux commentaires qui créent "des boucles fonctionnant sur la dopamine" et "détruisent le fonctionnement de la société". Nul doute selon lui: les utilisateurs sont "tous programmés" qu'ils le veuillent ou non.

C'est pourquoi, l'ancien salarié de l'entreprise de Mark Zuckerberg, qui a largement participé au développement et à la réussite de Facebook de 2007 à 2011, a préconisé une "vraie pause" avec le réseau social qu'il qualifie de "merde". Il a également expliqué, en parallèle, qu'il avait interdit à ses enfants de l'utiliser.

Et Chamath Palihapitiya n'est pas le seul à avoir averti les utilisateurs des méfaits des réseaux sociaux. En octobre dernier, Justin Rosenstein, l'un des créateurs du bouton "J'aime" de Facebook, avait décidé de prendre ses distances avec ces applications et plateformes. En cause: leur côté trop envahissant. En plein sevrage, il avait même été contraint de demander à son assistant de lui installer un système de contrôle parental sur son smartphone afin qu'il ne puisse plus télécharger de nouvelles applications du même type. 

A lire aussi - Facebook lance une version de Messenger pour enfants aux Etats-Unis

Même son de cloche pour Sean Parker, l'ancien président de Facebook, qui avait déjà mis en garde les internautes sur le site Axios. "Dieu seul sait ce qu'ils font aux cerveaux de nos enfants", avait-il ainsi déclaré en novembre dernier, suscitant l'inquiétude des parents notamment.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un ancien dirigeant de Facebook a dénoncé l'effet malsain des réseaux sociaux.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-