Attentats à Bruxelles: les Unes de la presse au lendemain des attaques

Attentats à Bruxelles: les Unes de la presse au lendemain des attaques

Publié le 23/03/2016 à 09:31 - Mise à jour à 09:32
©Kenzo Tribouillard/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

En ce mercredi de deuil, les quotidiens nationaux ont ouvert naturellement leurs éditions sur les attaques qui ont visé l'aéroport international de Zaventem et la station de métro de Maelbeck, mardi à Bruxelles. Selon le dernier bilan, les attentats ont fait 31 morts et 250 blessés.

Les attaques qui ont fait une trentaine de morts et plus de 200 blessés à Bruxelles ont visé le "coeur" de l'Europe, qui se doit de réagir dans un "sursaut" d'unité, commente ce mercredi 23 une presse française très émue.

"Bruxelles frappée par le terrorisme", titre Le Monde, pour qui "la Belgique est entrée, mardi 22 mars, dans un scénario de cauchemar". "L'Europe frappée au coeur", s'indigne Le Figaro, "L'Europe attaquée" pour Les Echos, à l'unisson de nombreux titres français.

Les photos des blessés et rescapés des attaques qui ont visé mardi matin l'aéroport international de Zaventem et la station de métro de Maelbeck, au coeur du quartier européen, s'étalent à la Une de tous les journaux français, comme partout en Europe. C'était "l'horreur au coeur de Bruxelles" (Libération), "la guerre en Europe" (Le Parisien/Aujourd'hui en France). Le souvenir des attaques du 13 novembre 2015 est ravivé. "Voici Bruxelles et Paris devenues sœurs de sang", résume Raymond Couraud de L'Alsace. Solidaire, Libération accueille l'éditorial du quotidien la Libre Belgique sobrement intitulé "Faire face".

Réagir est aussi le maître mot des éditorialistes français. "Aujourd’hui, nous sommes tous bruxellois", insiste Jean-Marc Vittori dans Les Echos, dénonçant "un coup de boutoir contre l'Union". "Face à un ennemi qui s’impose à elle, l’Europe doit exister en tant que force de frappe et de protection", martèle Philippe Gélie du Figaro. "Cette Europe va-t-elle se laisser faire, renier ce qui la tient ensemble? C’est l’heure du sursaut", écrit Laurent Joffrin dans Libération.

Réagir, certes, mais en restant "fidèle à sa tradition humaniste", insiste Guillaume Goubert de La Croix. "Victime de la violence aveugle, elle s’infligerait une violence à elle-même si elle s’abandonnait à la tentation de la vengeance et du bouc émissaire", explique l'éditorialiste du quotidien catholique. Le même souci de mesure transparaît dans les colonnes de L'Humanité, où Patrick Apel-Muller prévient que "la menace va durer" et que "la réduire et l’éliminer ne se jouera pas dans des réactions de circonstance ou dans des pulsions de vengeance".

"Les barbares à l'origine de ces carnages veulent importer sur notre sol une guerre qu'ils redoutent de perdre au sein de leur prétendu califat", analyse Stéphane Albouy dans Le Parisien/Aujourd'hui en France. "Demain, il faudra bien que notre vieux continent réponde à ce défi de la terreur", fait valoir Jean-Claude Souléry dans La Dépêche du Midi. "Il ne pourra agir ni dans la division, ni dans le repli des nations, ni par des champs de barbelés – mais par la coopération policière et judiciaire, par notre capacité effective à nous défendre ensemble".

"Ce terrorisme aveugle est aussi une opportunité pour la construction européenne. Une épreuve qui nous force à rester unis et solidaires face aux dangers", conclut Jean-Michel Servant du Midi libre.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Selon le dernier bilan, les attaques à Bruxelles ont fait 31 morts et 250 blessés.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-