Avril 1957, l'accident de voiture de Françoise Sagan (VIDEO)

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Avril 1957, l'accident de voiture de Françoise Sagan (VIDEO)

Publié le 23/04/2015 à 18:03 - Mise à jour le 10/02/2017 à 18:34
©DR
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Jean-Michel Comte
-A +A

Le 13 avril 1957, Françoise Sagan a failli mourir à 21 ans dans un accident de la route, au volant de son Aston Martin qu'elle conduisait à tombeau ouvert. Deux semaines après, "France-Soir" publiait en Une la première photo de la miraculée, sur son lit d'hôpital.

Elle a un petit sourire triste, un oeil au beurre noir, les cheveux en bataille, sa petite tête de moineau posée sur un gros oreiller.

Le 24 avril 1957, France-Soir publie la première photo, prise sur son lit d'hôpital, de Françoise Sagan 11 jours après l'accident de voiture qui a failli lui coûter la vie. La photo occupe plus de la moitié de la première page, sous le titre "Première photo de Françoise Sagan en convalescence après son accident".

Sous le cliché, la légende précise que "Françoise Sagan a retrouvé son sourire. France-Soir a réalisé la première photo de la jeune romancière après son terrible accident. Dans une semaine, elle quittera la clinique où elle vient d’entrer en convalescence".

Romancière vedette depuis la publication de son premier roman Bonjour tristesse trois ans auparavant, Françoise Sagan n'a que 21 ans au moment de cet accident. Avec ses premiers droits d'auteur, elle s'était acheté une décapotable roadster Jaguar XK120, premier d'une série de bolides qu'elle affectionnait: Gordini, Ferrari, Maserati, Buick, AC Cobra...

Le 13 avril 1957, en début d'après-midi, c'est au volant d'un cabriolet Aston Martin que, contrainte de freiner dans un virage alors qu'elle est lancée à 160km/h, sur la RN 448 près de Milly-la-Forêt (Essonne), Françoise Sagan perd le contrôle de son véhicule et se retrouve dans un champ de blé après deux tonneaux.

A bord de la voiture se trouvent son frère Jacques, son ami l'écrivain Bernard Frank, le journaliste de Paris-Match Voldemar Lestienne et une amie, Véronique Campion. Sous la violence du choc, tous les passagers sont éjectés, sauf Françoise Sagan.

Les pompiers mettent plus d'une demi-heure à la désincarcérer de la carcasse du véhicule, un prêtre est appelé sur les lieux de l'accident pour lui administrer les derniers sacrements, mais la jeune femme survit.

Souffrant de multiples fractures du crâne, du thorax, du bassin, du poignet et de la clavicule, elle est hospitalisée à la clinique Maillot à Paris et, pour atténuer la douleur, on lui administre pendant trois mois du Palfium 875, un dérivé de la morphine.

La jeune romancière entame alors une cure de désintoxication, qu'elle racontera en 1964 dans un journal intime intitulé Toxique (Ed. Julliard), illustré de dessins à l’encre de Chine de son ami le peintre Bernard Buffet. Le livre sera réédité en 2009 (Ed. Stock), cinq ans après sa mort.

Dans ce récit, elle raconte le début de son addiction à la morphine: "En été 1957, après un accident de voiture, je fus, durant trois mois, la proie de douleurs suffisamment désagréables pour que l’on me donnât quotidiennement, un succédané de la morphine appelé le ʺ875ʺ (palfium). Au bout de ces trois mois, j’étais suffisamment intoxiquée pour qu’un séjour dans une clinique spécialisée s’imposât. Ce fut un séjour rapide, mais au cours duquel j’écrivis ce journal que j’ai retrouvé l’autre jour".

La cure de désintoxication sera un échec et Françoise Sagan restera dépendante  jusqu'à la fin de sa vie de toutes sortes de drogues (l'opium notamment) et de l'alcool. Ce qui ne l'empêchera pas d'écrire, jusqu'à sa mort en 2004 à l'âge de 69 ans, une vingtaine de romans et une dizaine de pièces, et d'être l'un des principaux phénomènes littéraires de la seconde moitié du XXe siècle.

(Voir ci-dessous la vidéo de l'interview de Françoise Sagan par Pierre Dumayet en 1959 à propos de son 4e roman Aimez-vous Brahms..):

 

Auteur(s): Jean-Michel Comte

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La Une du 24 avril 1957.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-